Lumière sur

Voir tous les articles

Enemy Front

fr

Enemy Front, c’est un peu le retour vers le passé des FPS. Alors que l’industrie nous a habitués depuis quelques années à délaisser la Seconde Guerre Mondiale, voilà que CI Games revient sur cette période en tentant de proposer quelque chose de neuf. Pari réussi ? C’est ce que vous allez découvrir avec notre test de la version PC.

 

Gourmand et pourtant …

Enemy Front est ici testé dans sa version PC et une des premières choses qui nous vient à l’esprit c’est que CI Games ne semble pas avoir optimisé son jeu avec un soin si particulier. En effet, le jeu réclame une configuration assez musclée pour tourner correctement – le jeu ne se lance même pas si vous avez une carte graphique un peu faible – pour un résultat qui n’est pas si époustouflant que cela.

Passé ce constat, le jeu en lui-même n’est pas moche et se situe comme un jeu moyen sur consoles de la génération PlayStation 3/Xbox 360. Honnête sans être transcendant, mais nous n’en attendions pas beaucoup plus vu le prix de lancement – 30€, trouvable à moins de 20€ aujourd’hui – le principal problème résidant dans l’optimisation sur PC et une configuration demandée pas vraiment justifiée par la qualité finale du jeu. Enemy Front n’ayant pas encore eu droit à une mise à jour de la aprt de son développeur, la plupart des soucis, incluant des retours bureau et des bugs de collision – entre autres – ne sont pas réglés.

Après ce volet technique, un mot de scénario, puisque CI Games promettait quelque chose d’original. Alors, certes, le pitch de base promet un peu de changement, puisque vous incarnez un dénommé Robert Hawkins, journaliste américain bloqué en territoire ennemi et qui va participer à des actions armées et raconter ses autres missions dans d’autres parties de l’Europe d’après des souvenirs. Oubliez la diversité de jouabilité qu’aurait pu introduire la condition de notre héros, vous aurez bien les armes à la main dans un FPS tout ce qu’il y a de plus classique.

 

Un intérêt variable

Enemy Front nous propose quelques idées intégrées de manière intelligente. Ainsi, les tirs façon bullet time sont de la partie lorsque vous rentrez dans la même pièce que des cibles importantes de vos missions et la caméra permet même de suivre la balle qui sort de votre fusil à lunette lors des phases où vous jouez au sniper – pas mal pour un journaliste – des éléments plaisants.

Malgré tout, le jeu souffre de soucis récurrents d’I.A. qui font que les ennemis sont parmi les plus inefficaces jamais vus dans un FPS moderne. Une fois les faiblesses identifiées, il sera aisé de foncer dans le tas pour atteindre l’objectif de manière rapide sans forcément se soucier des ennemis autour de vous. De plus, l’interface un peu trop présente à l’écran peut poser problème, que ce soit en solo ou en multi.

Le multi, justement, venons-y. Le tout reste très classique, les cartes à dispositions ne brillent pas par leur conception et manquent d’ambition. Rien de bien réjouissant donc, surtout que l’interface prend ici encore plus de place puisqu’il faut ajouter l’encart indiquant les joueurs morts et leurs bourreaux à une boussole qui prenait déjà une place disproportionnée.

Verdict :

Enemy Front se pose comme un FPS très old-school et arcade. Alors que le concept de base et les intégrations de gameplay aurait pu être séduisants, des problèmes d’I.A. et une mauvaise optimisation graphique et technique en général plombent l’intérêt du jeu déjà mis à mal par des missions qui ne proposent rien de nouveau.

3/10
Tags :