Lumière sur

Voir tous les articles

Harvest Moon : La Vallée Perdue

fr

Harvest Moon : La Vallée Perdue est un jeu de gestion/simulation agricole. Sorti le 19 Juin sur 3DS, il a pour particularité d’avoir été développé uniquement par les studios Natsume - sans l’aide de Marvelous Entertainment, habituel développeur de la saga. Cet opus est aussi le premier  à voir le jour en 3D. L’épisode marque donc un tournant pour la saga, voyons si le virage a été bien négocié.

 

Tombe la neiiige et souffle le vent d’hiveeeer

Vous débuterez la partie par un écran de personnalisation plus que basique – vous aurez à choisir un nom puis le sexe de votre personnage, une date de naissance qui comporte un chiffre et une saison (pas de mois, oui) et… c’est tout. Un peu léger pour une personnalisation de personnage mais passons, là n’est pas le but premier du jeu.

Une fois notre personnage créé, le jeu débute et vous vous retrouvez directement perdu en pleine tempête de neige. Fort heureusement pour vous, un lutin des récoltes vous sauve la vie et vous permet de vous mettre à l’abri de la tempête pour le reste de la nuit. A votre réveil, vous apprenez que la vallée perdue est bloquée dans un hiver éternel et il n’y a que vous pour arranger les choses. Pour ce faire, il faudra redonner de l’énergie à la déesse des récoltes en réveillant tous ses lutins. Ces derniers se réveilleront lorsque vous travaillerez la terre en la cultivant. Plus les lutins se réveilleront, plus la vallée retrouvera ses autres saisons et les villageois reviendront même s’installer près de vous afin que vous puissiez échanger/discuter avec eux mais aussi vous lier d’amitié ou bien même trouver l’amour ? Oui oui, cela peut-être une source de motivation supplémentaire.

Une histoire assez simpliste au final, on aurait apprécié avoir quelque chose d’un peu plus profond, d’un peu plus concret. Quand bien même le titre ne compte pas sur son scénario pour fonctionner, les dialogues creux avec les PNJ restent tout de même assez frustrants. En effet les interactions avec les personnages relèvent du strict minimum. Comme dit plus haut, vous pouvez vous marier avec certains PNJ mais pour ce faire vous devrez non pas draguer ou offrir des fleurs (au moins, nous faisons des économies de ce côté-là). Non, vous devrez juste leur parler tous les jours et subir toujours les mêmes dialogues (parfois limités à une seule et même phrase) en attendant que d’autres choix apparaissent. Assez lassant à la longue oui, vous vous en doutez.

 

Un petit Minecraft ? 

L’histoire étant maintenant placée, parlons gameplay. On laboure, on plante, on creuse, on récolte voilà ce que vous risquez de faire pendant un long, un très loooong moment. Jusque-là, vous vous dîtes que c’est tout à fait normal pour un jeu de simulation agricole et je ne vais pas vous contredire. Toutefois, vous vous rendrez bien vite compte que cela devient rapidement lassant, très lassant et il faudra vous accrocher pour passer cette épreuve. Car oui, d’autres possibilités s’offrent à vous mais elles ne seront disponibles qu’une fois les autres saisons débloquées. Par la suite, vous pourrez élever des animaux, miner ou encore pêcher, de quoi diversifier vos tâches et apprécier un peu plus le jeu.

La grande nouveauté de ce jeu est ce que nous appelons communément le terraforming. En effet et à la manière d’un Minecraft (quoi que plus limité, il faut l’avouer), vous pourrez aménager votre terrain comme vous le souhaitez. Faire des montagnes, construire des chemins, ... Bref, vous pourrez laisser libre cours à votre côté artistique pour embellir et améliorer votre terrain de jeu. Une nouveauté réellement appréciable et qui apporte un gros plus au jeu, bien que limité comparé à un Minecraft.

 

Une simulation poussée

La simulation ne s’applique pas uniquement aux aspects agricoles du jeu. Nous le retrouvons aussi au niveau du commerce et de la vie au quotidien. Pour l’aspect commerce, le jeu s’en tire plutôt bien. Pour tirer le meilleur prix de vos ressources, il vous faudra parler aux bonnes personnes et aux bons moments, répondre à leurs requêtes, etc. Sachez aussi que les PNJ apparaissent à des créneaux horaires et à des jours bien précis de la semaine. Le but étant donc de vous développer suffisamment afin que petit à petit, vous ne soyez plus dépendant des boutiques que ce soit pour vos cultures, vos outils mais aussi pour les infrastructures de votre ferme.

La qualité de vos produits est aussi très importante dans la revente de ceux-ci. Elle dépendra avant tout de l’état de votre personnage. En effet, plus vous allez vous coucher tard, plus vous serez fatigué, plus vous aurez de chances de tomber malade et plus votre travail sera mauvais et cela se ressentira directement sur vos cultures. Les journées passant très vite dans Harvest Moon, il vous faudra être rigoureux dans votre emploi de temps si vous souhaitez tenir le coup.

Niveau graphisme, même si les effets météo sont plutôt bien réussis et qu’on se retrouve parfois à sourire devant les expressions « kawai » des personnages, il faut bien avouer que le jeu n’est vraiment pas beau. La 3D est, qui plus est, totalement inutile pour ce jeu, ce qui est bien dommage car cela aurait pu donner de l’ampleur et de la profondeur à nos créations. Au contraire, l’ambiance sonore est réellement réussie. Les musiques sont douces et appropriées à notre travail de fermier – cela nous donne réellement l’impression de nous couper du monde extérieur et on prend plaisir à les écouter durant notre dur labeur.

 

Verdict :

Une réussite en demi-teinte pour Natsume avec Harvest Moon : La Vallée Perdue. Bien que le gameplay soit plutôt réussi – surtout avec l’ajout du terraforming, des musiques réellement jolies et agréables et une simulation poussée, l’ensemble ne parvient pas, ou difficilement, à compenser les défauts. Une histoire creuse, des PNJ fantômes, un début plus que lassant et des graphismes clairement moyen, il faut voir cet opus comme une base pour travailler pour la suite et non pas comme une finalité. Avec l’ajout d’une histoire et du terraforming, la série Harvest Moon prend tout de même une tournure intéressante. 

6/10
Tags :