Lumière sur

Voir tous les articles

Knack 2

fr

Le premier Knack nous avait plutôt fait bonne impression sans pour autant nous faire tourner la tête. L’annonce puis la sortie de ce second volet ont été accueillis avec un prudent enthousiasme à la rédaction mais le potentiel étant là, c’est avec envie que nous nous sommes plongés dans Knack 2. Voici notre verdict sur cette suite qui tente de gommer les écueils de son aîné.

 

Un univers cohérent et visuellement réussi

Comme pour son grand frère, ce qui frappe en premier lieu lorsque l’on joue à Knack 2 : c’est cet univers qui semble avoir été mûrement réfléchi tant dans le background que l’aspect visuel. Ici, pas de grosse surprise mais un étoffement très appréciable de l’arrière-plan narratif qui cherche à montrer au joueur toute la richesse des factions qui peuplent l’univers de Knack. Ainsi, l’histoire des Gobelins – en particulier les Hauts-Gobelins – est développée tout en faisant en sorte que les événements survenus lors de leurs griefs passés avec l’Humanité soient le point de départ de l’intrigue de ce nouvel épisode.

Au-delà d’un scénario pas forcément mémorable, le jeu est plutôt convainquant dans sa mise en scène, un peu mieux rythmée à l’intérieur des niveaux que dans le premier opus de mon point de vue. Du coup, chaque niveau visité gagne en dynamisme et l’aventure passe à une vitesse folle malgré sa bonne durée de vue. Signe que l’on ne s’ennuie pas.

Visuellement, le jeu est très réussi. Une fluidité très appréciable, aucune chute de framerate de notre côté même quand les ennemis étaient nombreux et un rendu des phases cinématiques très fin. Le jeu ne laisse perce voir que peu de défauts quant à sa plastique générale. C’était déjà d’un très bon niveau dans le précédent opus, on voit maintenant que la PlayStation 4 est appréhendée de la meilleure des manières par les développeurs de SIE Japan Studio, l’un des first party de Sony.

 

Knack-glace, Knack furtif, … attrapez-les tous !

L’un des points qui avaient pu nous laisser dubitatifs à l’époque du premier Knack, c’est le fait qu’il se révélait un peu frileux dans son approche du gameplay malgré quelques variations qui parvenaient à égayer les niveaux parcours. Ici, nous avons vraiment l’impression que les développeurs ont réellement voulu reprendre ce concept tout en basant une grande partie de l’aventure sur les alternances entre Knack classique et ses différentes déclinaisons.

Ici, ces différentes formes ont un impact sur le gameplay qui est bien plus important. Cet impact devient une vraie base de réflexion pour chaque niveau et peut amener des variations qui permettent à Knack 2 de proposer des genres différents qui amènent une variété appréciable. Ainsi, avec Knack furtif, on s’oriente vers le genre infiltration, le Knack de glace amènera une dimension stratégique supplémentaire avec des compétences qui peuvent immobiliser l’adversaire et ainsi de suite.

 

Du (bon) neuf avec du vieux, jouable à deux

Globalement, on ressent une véritable volonté de concilier gameplay à l’ancienne, avec une certaine exigence, avec du fun pour que le jeu soit appréhendable par tous les publics. De ce point de vue-là, le pari est plutôt réussi, la difficulté étant bien calibrée et augmentée de manière bien graduée. La structure des niveaux reste toujours très cadrée : on passe d’un Knack de taille normale à grande ou gigantesque, les variations qui nous font redevenir très petits pour nous faufiler ou résoudre des énigmes sont très bien exploitées. Notons tout de même que les QTE présentes sont assez molles même si bien mises en scène, elles nous laissent donc un arrière-goût mitigé.

Niveau durée de vie, il faudra une grosse dizaine d’heures en prenant son temps et en cherchant les objets bonus – qui donnent différentes compétences passives très utiles. Le jeu est également jouable en coop local, ce qui est toujours appréciable et, croyez-nous, apprécié à la rédac’. Quelques subtilités y sont présentes, comme des combos coop plus puissants et on peut facilement affirmer que le jeu prend tout son intérêt avec un ami. Des modes assimilables à de la Survie (vagues d’ennemis) et un Contre la Montre sont disponibles mais n’amènent pas grand-chose. 

 

Verdict :

Knack 2 est une claire amélioration du premier opus. Le gameplay s’avère plus varié, moins monotone et le mode coop est toujours un vrai plus en ce qui concerne les constantes entre les deux jeux. Visuellement réussi, il pêche tout de même au niveau de la mise en scène : il est parfois dur de se passionner pour le destin des personnages tellement ils rassemblent des clichés trop éculés – « je suis méchant, agrouuuu ». De même, le déroulement du scénario est parfois laborieux mais, malgré tout, l’univers parvient à convaincre. Clairement pas parfait, Knack 2 s’avère extrêmement solide et varié en plus d’être très bien fini. Une belle évolution.

8/10
Tags :