Lumière sur

Voir tous les articles

[MAGIC 2016] Interview de Mark Millar (Wanted, Kingsman, ...)

fr

Dernier article qui traite de notre venue au MAGIC 2016, à Monaco. Pour terminer en beauté, notre rubrique DLC accueille notre interview du grand Mark Millar, créateur de Kick-Ass, Wanted, Kingsman ou encore, scénariste pour Marvel sur différents arcs de Spider-Man ou les X-Men, on espère que ça vous intéressera !

 

GamersFlag : Bonjour Mark Millar et merci à vous de nous accorder un peu de votre temps. Tout d’abord, pourquoi venir ici, à Monaco, pour cette seconde édition du MAGIC ? Pas pour la météo en tout cas … (ndlr : Il fait un temps exécrable à Monaco en ce 27 février).

Mark Millar : C’était principalement pour cette raison, parce qu'il fait si froid en Ecosse. J’ai été invité il y a deux mois alors qu'il pleuvait depuis plus de 50 jours, la pluie ruisselait sur mon visage et j’ai alors reçu ce coup de téléphone me demandant si je voulais bien venir à Monte Carlo … et j’ai sauté sur l’occasion car je pensais qu’il ferait soleil (rires). J’ai même emmené des shorts et de la crème solaire et finalement … il pleut à Monte Carlo (rires).

 

GamersFlag : Personnellement, j’ai beaucoup apprécié votre travail sur Wanted.

Mark Millar : Oh, merci !

GamersFlag : Nous aurions aimé avoir votre ressenti sur l’adaptation cinématographique sortie en 2008, dont le scénario avait dû s’adapter au format « film ».

Mark Millar : Le réalisateur voulait faire quelque chose bien à lui parce que certaines personnes ne lisent pas de comics. Je suis d’accord avec ça car ce n’est pas forcément évident de faire une histoire de super vilains qui prennent le contrôle du monde. Par exemple, dans le comics, il y a une histoire assez complexe de super vilains qui peuvent passer pour des « premiers ministres » ou des « présidents », des gens comme Sarkozy ou Bush. Des personnages qui prétendent donc être des politiciens, un aspect qui serait facile à comprendre pour des lecteurs de comics mais peut-être moins pour un autre public. J’étais d’accord avec les choix du réalisateur et j’étais très content que ce soit le premier film tiré d’un de mes livres, j’étais vraiment très content.

GamersFlag : Le fait que ce soit, justement, le premier film tiré d’un de vos comics n’a-t-il pas participé au fait que ces changements sont devenus secondaires à vos yeux ?

Mark Millar : Non, non, j’étais tout à fait d’accord avec ces choix, j’étais même coproducteur et invité aux réunions qui traitaient de ces changements. Dans d’autres cas, comme quand on travaille avec de grosses entreprises comme Marvel ou DC Comics, ils peuvent changer ce qu'ils veulent dans le contenu et faire un film sans que vous ayez le moindre contrôle, mais ici l'avantage c'est que, comme J.K. Rowling avec Harry Potter, en tant que créateur je pouvais tout arrêter si ça ne me plaisait pas. Je faisais partie du procédé de création du film et j’en suis content.

GamersFlag : Niveau changements par rapport aux comics, ils sont du même ordre dans Kingsman, non ?

Mark Millar :  Je pense que les changements étaient moins importants. Dans le film Kingsman, Sofia Boutella (ndlr : qui incarne Gazelle dans le film) joue un personnage féminin alors qu’il s’agit d’un mec dans le livre. Nous avons testé avec des acteurs, mais aucun ne convenait. Elle avait un vrai charisme et nous avons fini par transformer ce personnage masculin en personnage féminin. Quand tu passes d'un média à un autre – en l’occurrence de comics à film – tu es quasiment obligé de changer des choses pour t'adapter.

GamersFlag : Des changements nécessaires.

Mark Millar : Ouais, et ça peut être super. Je veux dire, ces changements peuvent vraiment marcher, je pense que Sofia est l’un des meilleurs aspects du film et, maintenant, l’idée d’un homme dans ce rôle me parait étrange.

GamersFlag : Stan Lee a eu une influence majeure dans l’histoire de Marvel. Il a amené une sorte « d’humanisation » des super-héros, qui se sont alors éloigné de ce côté très « idéaliste ». Est-ce que des créations comme Kick-Ass ou Wanted sont une suite logique de cette évolution, selon vous ? Une façon de mettre en avant un personnage normal, voire « looser », qui devient remarquable ou un véritable héros.

Mark Millar :  Le génie de Stan Lee a été de réaliser que les lecteurs avaient du mal à s'identifier à des personnages comme Thor, Hulk ou Iron Man, mais qu'ils pouvaient s'identifier facilement à un être humain lambda comme Peter Parker, un Tony Stark alcoolique, tout spécialement en Ecosse (rires), ou un Thor/Donald Blake à la jambe abîmée. Il a donc humanisé ces personnages fantastiques de façon à ce que les lecteurs puissent s'identifier à eux et c'est, à mon avis, la raison pour laquelle les projets de Marvel ont mieux marché que les projets de DC, à l'écran. Le seul de leurs personnages auquel peuvent s'identifier les lecteurs est Bruce Wayne, car il ressemble à une véritable personne, tandis que Superman, Wonder Woman, Green Lantern ou Aquaman sont trop éloignés des gens pour qu'ils puissent s'identifier à eux dans la vie réelle. C'est ce que j'ai essayé de faire en créant mon Kick-Ass et mes personnages dans Kingsman : ce sont des gens que vous pourriez être, que vous pourriez connaître, donc vous pouvez vous identifier jusqu’à un certain point et l’histoire signifie quelque chose pour vous, car cela parait réel. Stan Lee a inventé cela, l’a créé, c'est lui mon héros.

 

GamersFlag : Selon vous, les utilisations de Civil War et, probablement, Old Man Logan dans les films à venir des franchises Avengers et X-Men s’annonce-t-elle intéressante/fidèle/excitante ?

Mark Millar : C’est super, moi j'aime beaucoup, spécialement quand ils adaptent mes histoires (rires). J'adore aller voir ces adaptations et assister à une scène où Robert Downey Jr dit une réplique que j'avais écrite, par exemple, c'est fun j’aime bien, et en plus ils peuvent en faire des jeux vidéo (rires). Je me souviens avoir vu quelques trucs à moi apparaître dans un jeu vidéo Marvel il y a environ 10 ans, c'est super excitant de voir mes personnages ou ma version des personnages dans un jeu vidéo. J’ai déjà vu mes enfants jouer à un jeu vidéo qui était tiré de mon travail. Mes enfants ne lisent pas forcément de comics mais jouent aux jeux vidéo.


Ce visuel n'est pas officiel.

GamersFlag : Considérez-vous que votre propre compagnie, Millarworld, est plus importante que les collaborations ponctuelles avec Marvel ?

Mark Millar : Oui ma propre compagnie est plus importante : quand je travaille sur un projet pour Marvel ou DC, c’est un projet qui ne sert pas ma compagnie, alors je me concentre entièrement sur le même objectif depuis 2010, mon plan est de remplacer Marvel et DC, vous savez que je veux les détruire (rires). Par exemple, cette année, nous avons développé trois films (ndlr : Mark Millar parle certainement de l’année 2015 et des films qui y sont sortis ET qui ont commencé leur tournage ou production l’an dernier, cela ferait donc Kingsman, Superior et Starlight, ces deux derniers ne sont pas encore sortis en salles), Marvel n’en a fait que deux (Avengers : l’ère d’Ultron et Ant-Man). Kingsman a fait 420 millions de dollars (ndlr : au box-office, le chiffre exact est de 414.351.546$) et le dernier film Marvel a fait 520 (ndlr : le chiffre exact d’Ant-Man est de 519.250.779$) donc on n'est pas si loin que ça. Mon objectif est d'être plus gros que Marvel d’ici la fin de la décennie. Je voudrais avoir 25 franchises et nous en sommes déjà à la 16ème, actuellement. Nous avons fait 4 films et en produisons 11 pour les trois prochaines années. Si tout se passe bien et que j’ai mes 25 franchises, mes enfants pourront faire comme Paris Hilton et gâcher leur vie en dépensant de l'argent. Je vais travailler jusqu’à ce qu'ils soient vieux (rires).

GamersFlag : Vous êtes sur la « bonne » voie, 16, pour aller à 25 …

Mark Millar : Ouais ! (rires)

 

GamersFlag : Auriez-vous un conseil pour les artistes/scénaristes qui souhaiteraient se lancer dans leurs propres créations tout en s’affranchissant des règles parfois contraignantes des gros éditeurs ?

Mark Millar : Pour commencer, je conseille de bosser pour une société existante de façon à apprendre les bases, la discipline.  Par exemple, écrire des personnages comme Spiderman ou Captain America permet de construire un lectorat, une fanbase que tu peux ensuite emmener avec toi. Moi c'est ce que j'ai fait, j’ai travaillé pour Marvel durant 10 ans et j’ai emmené mon lectorat avec moi sur le MillarWorld. Donc je recommande, comme l’a fait également Frank Miller, d’utiliser Marvel et DC pour constituer sa fanbase et de prendre tout ça pour sa propre marque ensuite.

 

GamersFlag : Question inévitable, vu que nous sommes un site dédié, à la base, aux jeux vidéo : vous arrive-t-il de jouer ?

Mark Millar : Au risque de vous faire rire : je joue aux jeux auxquels votre grand-père jouait (rires).

GamersFlag : Pong ? (rires)

Mark Millar :  J’ai découvert mon premier jeu vidéo en 1980, c’était Space Invaders. Pour vous autres ça doit ressembler à Stonehenge (rires) mais pour moi, c’était la chose la plus excitante que je n’avais jamais vue. Je me souviens qu’à l’époque ça coûtait quelque chose comme l’équivalent de 600€, ce qui représente pas mal d’argent. Avec mon frère, on en avait eu un pour Noël et on y jouait tout le temps. J'ai tellement joué que je peux imaginer le jeu en fermant les yeux. Puis je ne sais pas si vous le savez mais, après 1985, les gens ont arrêté de jouer pendant environ 5 ans (ndlr : Mark Millar parle sans doute de son ressenti du krach du jeu vidéo de 1983, qui a surtout été ressenti par les joueurs fin 1984, jusqu’à l’arrivée de Nintendo), jusqu’à ce que SEGA et Nintendo arrivent ensuite  avec de nouveaux jeux au début des années 90 (en fait, fin des années 80 dans certaines parties du monde), comme Super Mario, mais il y a eu cette période d’environ 5 ans où personne ne jouait aux jeux vidéo. Mes amis jouaient aux jeux vidéo, puis d’un coup ne jouaient plus, puis cela est revenu ensuite. Dans tous les cas, je joue toujours aux jeux de quand j’étais enfant, Defender, Space Invaders et tous ces trucs-là, des trucs de grand-père.

GamersFlag : Il y a des remakes récents de Space Invaders, vous devriez essayer !

Mark Millar : Vous savez, j’ai une de ces grosses bornes d’arcade avec 150 jeux et je peux jouer à tous ces jeux à la maison. Mais je joue trop, ma femme m’a dit que j’avais l’air d’être un gosse de 10 ans (rires). Dans tous les cas, j’adore ces jeux où il était possible de jouer pendant 3-5 minutes, tandis que depuis le milieu des années 90 et l’arrivée de jeux comme Tomb Raider, cela dure 3 ou 4 heures et je n'ai plus le temps de jouer comme ça, je ne peux plus trouver 3 ou 4 heures. J’ai des amis qui prennent parfois deux jours pour terminer un nouveau jeu mais je ne pourrai pas faire ça.

Un grand merci à Mark Millar pour nous avoir accordé cet entretien !

 

Interview conduite par Powerfull04, photo de Jaya2018, assistés de Marjy911. Transcription de l’interview avec la très aimable collaboration de SpiderGuile, merci à lui.

Tags :