Lumière sur

Voir tous les articles

Persona 4 Arena Ultimax

fr

Persona 4 : Arena Ultimax arrive après un épisode Arena plutôt réussi qui s’était imposé comme un jeu de combat 2D assez solide. Qu’apporte cette nouvelle itération qui pourrait justifier un nouvel achat ? Nous allons tenter de répondre à cette question avec un test de la version Xbox 360 que nous avons reçue.

 

Prise en main rapide

Alors que Persona 4 : Arena restait relativement austère dans le domaine du dynamisme, son pendant Ultimax semble avoir plus ou moins tout fait pour rendre les parties plus accessibles et amusantes, même si l’on vient de commencer à jouer. Cet effort pour rendre le jeu plus accessible permet d’intégrer de nouveaux joueurs et peut-être faire grandir la communauté gravitant autour de cette franchise.

SI les combos assez compliqués sont toujours de la partie, quelques outils sont mis à disposition des novices pour ne pas se faire esquinter dès les premiers pas. Ainsi, l’Auto-Combo est toujours de la partie et permet, après avoir appuyé cinq fois sur le bouton de l’attaque normale, de déclencher une furie, qui peut permettre de retourner un combat à son avantage. De plus, le S Hold System permet de sortir une attaque très puissante une fois le bouton dédié maintenu pendant un certain laps de temps.

Enfin, la version Shadow des personnages jouables permet également de sortir des compétences non utilisables avec la version classique, tout en enlevant certaines spécificités de la version de base. Ceci n’était pas présent dans la version classique de Persona 4 Arena, et l’ajout semble plutôt cohérent pour donner d’autres dimensions aux combats.

 

Une complexité sur la durée

Ce petit discours sur l’accessibilité du titre pourrait avoir tendance à effrayer les gros joueurs de jeux de baston en 2D, adepte de la difficulté à outrance. Pas de quoi avoir peur, mes amis ! En effet, comme pour la plupart des productions d’Arc System Works, le jeu possède une vraie profondeur qui se laisse apprivoiser après pas mal d’entraînement.

Déjà, le casting réserve quelques espoirs pour la diversité puisqu’avec 21 personnages, il double presque le nombre de personnages présents dans Persona 3 Arena, même si trois d’entre eux sont disponibles en DLC. Toujours désagréable, ce procédé est, heureusement, limité, puisque ne touchant que quelques personnages. De plus, le nombres de combos est assez impressionnant, au même titre que les possibilités générales avec les personnages, qui réservent de jolies surprises aux plus acharnés.

Les modes de jeu ne sont pas en reste et ont des niveaux d’intérêt plutôt constant, même si certains sortent du lot. Parmi eux, le mode Golden Arena permet de mêler des composantes Survival – dans le sens d’un jeu de combat, nous ne parlons pas de Silent Hill – et d’autres empruntées au RPG. Le mode en ligne est vraiment sympathique, avec un lobby qui permet de défier des personnes dont nous voyons les avatars avec des émoticônes ou des messages écrits, bien vu. Enfin, le mode Story, lui, nous réserve un peu trop de narration et trop peu de combats, dommage, d’autant plus que la traduction n’a été faite qu’en anglais.

Verdict :

Avec des mécaniques plutôt bien maîtrisées, Persona 4 Arena Ultimax se distingue par une complexité appréciable couplée à une accessibilité mise en avant. Plutôt paradoxal, mais ça marche. Dommage que son mode Story soit assez peu intéressant et, surtout, non traduit en français, vu la masse de textes présents. Restent des personnages intéressants et des modes de jeu globalement bien trouvés. Bonne pioche.

7/10
Tags :