Lumière sur

Voir tous les articles

[TGS 2016] La VR au Toulouse Game Show

fr

Cela faisait un petit moment qu’on avait pas pu mettre la main sur un casque de VR dans un salon. La dernière fois remontait à quelques années sur un prototype d’Oculus pas vraiment optimisé (essayez de jouer une voiture qui fait des tonneaux avec ça, rien de mieux pour mettre son cerveau en vrac). Avec la sortie du PlayStation VR et du HTC Vive c’était l’occasion de voir si les promesses avaient été tenues et si la techno s’était vraiment améliorée.

 

PlayStation VR : The London Heist (Mathias)

On commence donc par le stand du PlayStation VR et force est de constater que l’objet en lui-même est déjà plaisant. Il se met facilement sur la tête, le poids est bien réparti et on n’a pas l’impression d’avoir une brique sur la tête. J’ai, pour ma part, joué à The London Heist, un jeu disponible pour le lancement du casque et développé par le studio londonien de Sony. La partie jouable était une course poursuite en voiture où j’avais le rôle du tireur. Le gameplay se base sur les manettes PlayStation Move et si la première prise en main fut assez laborieuse pour moi, le jeu fonctionne très bien une fois qu’on a pris ses marques. Les mouvements sont intuitifs et très bien repéré par le jeu, on a envie d’aller plus loin et de voir ce que le jeu réserve pour la suite.

 

 

HTC Vive : expérience automobile complète (Mathias)

L’autre casque que l’on a pu tester était le HTC Vive, il était couplé avec un siège de voiture sur vérins. Comme beaucoup d’entre vous le savent, si le casque n’était pas le plus facile à mettre sur la tête (contrairement au PS VR), il possède une résolution supérieure, ce qui lui donne un plus pour ceux qui ne jurent que par les graphismes. Le casque, une fois couplé avec le siège, avait définitivement des sensations incroyables et donnait vraiment l’impression de piloter une voiture de course lors d’un rallye. Cette superbe sensation est quelque peu douchée par le prix de la bête : entre 15 000 et 20 000€. Ce qui m’amène à penser que la VR ou en tout cas ce genre « d’attraction » aurait vraiment sa place dans un parc d’attraction ou dans une salle d’arcade spécialement dédiée. Parce que vu les sensations que procurent ce genre d’installations, je parie que les joueurs seraient nombreux à payer pour un tour sur la machine. Et si c’était ça, l’avenir de la VR ?

 

PlayStation VR : Until Dawn Rush of Blood (William)

Le stand dédié au PlayStation VR durant le TGS 2016 est la première occasion qui m’a été donnée de tester le casque de Sony. Comme pour Mathias, le premier contact a été très agréable : le système de fixation autour de la tête est très bien fait et reste très agréable. On n’a aucun mal à s’imaginer jouer une heure ou deux avec ce matériel-là. Comme l’indique le titre de cette partie, le premier jeu que j’ai essayé est le spin off du très bon Until Dawn et le genre vers lequel se sont tournés les développeurs – une sorte de rail-shooter – va comme un gant au concept de la VR. Le jeu a besoin des PlayStation Move pour fonctionner correctement et il faut dire qu’une fois ceux-ci calibrés et le casque enfilé, on a vraiment l’impression de voir nos propres armes bouger devant nous au grès de nos mouvements. L’expérience globale sur le jeu est très intéressante, entre la sensation de vitesse, le côté horrifique bien présent et l’aspect shoot sur rail à la mode arcade qui ne manque pas de charme. Une excellente expérience pour ma part.

 

PlayStation VR : DriveClub VR (William)

Comme deuxième expérience avec le casque de Sony, j’ai choisi de voir comment se comportait le plutôt correct DriveClub dans son mode VR. Dans un premier temps, nous passerons sur les sensations que procure le casque en lui-même, nous nous sommes assez attardés dessus auparavant, mais signalons que le mode VR de DriveClub se contente de la manette classique comme contrôleur, pas de PlayStation Move, donc. Les sensations se révèlent alors un peu moins exaltantes, la seule plus-value de la VR étant donc une vue cockpit plutôt réussie dans laquelle on peut tourner le regard pour voir tout autour de nous. Le tout est tout de même compatible avec des volants, ce qui doit offrir un résultat autrement plus convaincant. Malheureusement cette façon de jouer n’était pas présente sur le stand. DriveClub n’est donc clairement pas le représentant idoine pour quiconque ayant envie de s’initier avec un jeu vraiment fait pour la VR. Dans tous les cas, nous avons tout de même pris plaisir à jour mais ce mode VR est à l’image du reste du jeu, plutôt moyen dans l’intérêt.

 

En bref, nous sommes très satisfaits de voir que l’organisation du Toulouse Game Show a redonné un peu d’importance au jeu vidéo après une édition 2015 très décevante à ce niveau-là. La VR, un phénomène qui prend de l’ampleur au niveau du grand public depuis la sortie du casque de Sony, a donc été très présente et nous avons pu essayer pas mal de choses, dont nous parlons donc ici. Nos expériences sont plutôt positives et, pour son prix, le PlayStation VR semble se placer comme un excellent produit qui pourrait démocratiser la pratique. A suivre !

Tags :