Lumière sur

Voir tous les articles

[TGS Springbreak 2016] Conférence Kaamelott et George

fr

Ce samedi 9 avril, une première conférence regroupant Guillaume Briat – le Roi Burgonde dans Kaamelott, la voix d’Obélix dans Le Domaine des Dieux – et Bô Gaultier de Kermoal – le bras droit d’Attila dans Kaamelott et jouant dans La Tour Montparnasse Infernale, entre autres – a eu lieu. Celle-ci a été l’occasion de parler de leur expérience sur la série d’Alexandre Astier et de laisser les fans poser leurs questions. La seconde partie de cette conférence est dédiée au court-métrage George, dans lequel joue Guillaume Briat et qui est chapeauté par David Coudyser. Notre compte-rendu complet est ci-dessous.

 

Leur expérience sur Kaamelott

Le premier sujet évoqué ciblait Guillaume Briat et lui demandait de quelle manière on abordait le fait de devenir un roi pour un rôle. Dans un premier temps, « on passe un casting très … étrange ». L’acteur a été appelé pour passer des essais pour « une série à venir », sachant qu’à cette époque, on ne connaissait pas encore vraiment Alexandre Astier. Lorsqu’il voit la feuille avec ses « dialogues » l’acteur est d’abord étonné – entre onomatopées et mots qui s’emboitent sans le moindre sens – et tente d’improviser sur cette base. Le tout semble alors réussi et au sortir de la première heure de tournage Alexandre Astier semble satisfait et dit à Guillaume Briat qu’il essaiera d’écrire d’autres choses pour le Roi Burgonde. On connait la suite, ça a finalement duré 6 ans.

Pour ce qui est de Bô Gaultier Kermoal, devenir le compère d’Attila a presque ressemblé à ça également. C’est via Bruno Solo que l’acteur a pu être mis en contact avec Alexandre Astier pour Kaamelott. Il est donc arrivé sur le projet et a rencontré Lan Truong – interprète d’Attila, malheureusement décédé en 2007. Les deux acteurs sont toujours surpris de l’engouement pour leurs personnages, celui de étant, de plus, pas vraiment récurrent. Il explique même avoir vécu quelques situations drôles lorsque des fans l’ont reconnu. Les acteurs expliquent qu’évidemment, les bruitages – tels que les pets et autres sons – sont reproduits par les techniciens. Guillaume Briat a donc dû réussir à interpréter et à trouver une gestuelle qui puisse concorder avec les scripts qui décrivaient précisément ces sons et onomatopées.

Viennent alors les questions du public en rapport avec Kaamelott. Inévitablement, la question de la participation aux futurs films vient sur le tapis. Malgré une sollicitation de Guillaume Briat avant sa venue à Toulouse, Alexandre Astier n’a donné aucune nouvelle, ce qui est tout à fait prévisible. Pas d’information à se mettre sous la dent, donc, les acteurs semblant être plus mis au courant par les fans que le créateur de la série. Bô Gaultier Kermoal raconte alors qu’Alexandre Astier aurait affirmer sa présence dans l’un de ses projets futurs sur scène, lors d’une convention.

Vient ensuite une question, toujours pour , concernant son absence de la Tour Montparnasse 2, qui s’explique tant par des problèmes de calendrier que par la mort du personnage dans le premier épisode. Il enchaîne en précisant certains de ses projets comme un « western humoristique » qui devrait être tourné en Espagne, dans la région phare où ont été tournés les westerns spaghetti. Une autre question portait sur le fait de garder son sérieux malgré les situations drôles lors du tournage. Il s’avère que lors du tournage, la concentration est telle que Guillaume ne faisait pas attention à ceux qui rigolaient autour de lui.

 

George, un court-métrage prenant

George, c’est une production de David Coudyser qui met en scène un « couple » qui sonne chez une femme, en prétextant attendre l’arrivée de George. Leur hôte ne se doute alors pas qu’un piège se referme sur elle au moment où elle ouvre la porte. Le court-métrage a été diffusé lors de cette conférence et s’avère vraiment très bien écrit. Il a été réalisé avec un process identique au cinéma, matériel inclus. Entre angoisse et cercle vicieux que l’on ne comprend qu’à la fin, George est une formidable vitrine pour David Coudyser, qui cherche actuellement à produire une série dans le même style à la télévision et qui est en discussions avec des chaînes de télévision.

David Coudyser a découvert Guillaume Briat car celui-ci lui a envoyé une bande démo – en passant par la société de production de Coudyser : Ouat – de ce qu’il était capable de faire. Le réalisateur n’a réalisé qu’ensuite qu’il s’agissait de l’acteur qui jouait le Roi Burgonde dans Kaamelott. Il a alors la conviction que Guillaume Briat peut tout jouer et il devient son coup de cœur, il souhaite même l’intégrer dans son prochain long-métrage. Sandra Dorset, qui joue le premier rôle féminin dans ce court-métrage, a également eu un peu de mal à se voir pleurer, car elle semble plus habituée aux rôles comiques (Scènes de Ménages, Les vacances du Petit Nicolas, …). Pour en revenir au court-métrage et comme nous l’avons dit plus haut, le but est de faire une série sur le même ton, celle-ci s’inspirerait des Contes de la Crypte, Black Mirror ou La Quatrième Dimension. De sacrés références ! Dans tous les cas, le court-métrage est basé sur la peur et la façon dont elle dicte les actions. On se demande alors quelles auraient été les conséquences si le personnage de Sandra Dorset avait pu exploiter sa tentative de se sauver.

Lorsqu’il est interrogé sur ses inspirations pour jouer le rôle clé de George, Guillaume Briat répond qu’il n’est pas vraiment dans l’inspiration mais plus dans le moment présent. Le travail avec les deux autres actrices – nous avons oublié de citer Clara Camblor dans le second rôle féminin – a été très important avant tout et il semble préférer la préparation avec l’équipe que seul, de son côté. Toutefois, l’acteur admet tout de même que si inspiration il y a, ce serait peut-être plus en regardant des photos que des films. Lors de précédentes expériences,il se rappelle tout de même s’être inspiré de M le Maudit pour son rôle dans Les petits meurtres d’Agatha Christie.

George n’est pour le moment pas proposé sur internet car il deviendrait alors inéligible pour certains festivals. Il est présenté dans ces festivals depuis début février et sera montré au Manhattan Film Festival très bientôt mais également au Festival de Cannes.

 

Une conférence très intéressante qui a permis d’en apprendre plus sur ces acteurs au talent immense. Le court-métrage George est extrêmement bien conçu et on regrette que celui-ci ne soit pas disponible pour le plus grand nombre. La prochaine fois, on surveillera avec d’autant plus d’attention la plateforme de financement Ulule, utilisée pour obtenir une partie des fonds nécessaires et qui donnait droit à une copie 4K pour un montant tout à fait raisonnable : 5€.

Tags :