Uncharted 4

Notre avis sur le dernier opus de la saga Uncharted, Naughty Dog a t-il été à la hauteur ?

La saga Uncharted a durablement marqué notre média depuis ses débuts en 2007, inspirant nombre de jeux du genre par la suite. Aujourd’hui arrive Uncharted 4 : A Thief’s End sur PlayStation 4 et ce qui devrait être la conclusion des aventures de Nathan Drake est très attendue par les fans de la franchise qui espèrent une fin digne de tout le reste. Notre avis sur ce quatrième épisode.

 

Entre passé et présent

L’histoire de cet ultime épisode de la saga nous amène dans un spectre temporel très large passant de l’enfance de Nate à une période relativement tardive de sa vie, mais on ne va pas trop en dire, évidemment. En bref, Nathan retrouve son frère après 15 ans de séparation, le choc est rude car tout le monde le pensait mort. Une dernière fois, notre héros va devoir replonger dans une aventure mouvementée pour aider Sam – le frère en question – à trouver le trésor perdu d’Henry Avery, le fameux pirate.

Evidemment, tout ne se déroule pas comme ils l’auraient espéré et les dilemmes moraux d’un Nathan qui s’était juré de ne pas repartir pour ce genre d’aventures et qui avait également fait cette promesse à Elena – sa femme, notre comparse depuis le tout premier épisode – vont se révéler importants durant les deux tiers de l’aventure. En bref, nous avons plutôt été satisfaits du traitement des personnages, cette quête est finalement beaucoup plus personnelle que les précédentes et le ton n’en devient que plus propice à une plus grande complexité des personnages.

La conclusion de l’histoire devrait satisfaire ceux qui attendaient que la boucle soit bouclée mais nous avons quelques réserves sur le ton employé par cette fin, un peu trop « parfaite » ou fan service, au choix. On ne va rien dévoiler de plus, si ce n’est que cette remarque n’a pas forcément quelque chose à voir avec le destin de Nathan, dont on ne parlera, bien sûr, pas ici. Signalons également quelques easter eggs sympathiques sur une éventuelle suite de The Last of Us et Crash Bandicoot, dont il est possible de parcourir l’un des niveaux à deux occasions dans la trame de cet Uncharted 4.

 

Prise de risque minimale

Ceux qui ont déjà fait les trois premiers épisodes ne seront pas dépaysés, c’est le premier constat que l’on peut tirer une fois cette dernière épopée achevée. Au niveau gameplay, peu d’ajouts sont à signaler : nous avons toujours nos phases d’escalade – très réussies au demeurant – qui ponctuent les fusillades et phases « d’exploration ». L’escalade bénéficie désormais de l’équivalent du piolet dans les opus du reboot de Tomb Raider, ce qui permet d’ajouter une autre dimension à ces phases, sans toutefois révolutionner le ressenti du joueur.

De manière globale, l’influence de The Last of Us est également importante, on s’y attendait, vu ce que le jeu représente pour Naughty Dog. De petites phases de dialogue ont été, par exemple, ajoutées au gré de certaines phases de gameplay, où il suffit d’appuyer sur Triangle pour déclencher l’interaction. Ensuite, il faut signaler que l’infiltration est bien plus présente dans cet opus, une autre influence directe et ceux qui ont fait les modes de difficulté les plus élevés de The Last of Us ne me contrediront certainement pas, dans tous les cas, cela ajoute un peu de variété à l’ensemble mais on sent que le développeur a un peu de mal à sortir de sa zone de confort. Enfin, quelques phases font également penser à l’avant-dernier jeu de Naughty Dog, lorsqu’il est possible de faire la courte échelle à un des personnages qui nous accompagne. Souvenirs.

Dans tous les cas, la plupart des ajouts de gameplay sont directement repris du précédent jeu sorti par les développeurs ou – plus rarement – de la concurrence, ce qui reste assez dommageable pour l’ensemble. Signalons que l’interaction avec l’environnement aurait également pu être plus poussée. Cet aspect aurait pu donner une autre dimension au jeu mais de multiples scènes ou idées ont malheureusement été abandonnées et cela se ressent parfois. Par exemple, dans le chapitre se déroulant en Ecosse, on devait pouvoir déclencher une bataille de boules de neige avec Sam, ou apprendre le maniement de l’épée dans une scène durant l’enfance des deux frères. On se dit que ces moments auraient pu ajouter de la profondeur et même de l’émotion – notamment durant le combat final.

 

Un multijoueur intéressant

Le multi de cet Uncharted 4 repose sur un travail d’équipe qui n’est pas sans rappeler, encore une fois, The Last of Us. Le tout est quand même un tantinet plus dynamique – en ce sens, l’identité de la franchise est respectée. Dans tous les cas, notons la philosophie intéressante de Naughty Dog : de nombreux DLC verront le jour en étant achetables avec les Relics que l’on cumule en jouant, clairement une bonne chose et cela n’empêchera pas les très gros DLC de sortir à part avec un mode d’obtention plus classique – celui où on paie en vrai, vous avez compris.

Une autre monnaie – du Cash tout simple – est utilisable durant les parties, à la manière du multi de TLoU, pour améliorer des armes ou acheter des items spécifiques à une partie. Les Relics serviront également à acheter des items permanents, des coffres, gérer vos Défis en cours – il est en effet possible de choisir d’effectuer des actions sous forme de défis et d’en changer moyennant quelques Relics – en plus de servir à acheter de petits DLC, comme nous l’avons dit plus haut.

Quelques nouveautés de gameplay sont au rendez-vous, comme les Sidekicks, sortes de familiers de différentes classes que vous pouvez obtenir avec du cash. Vous aurez droit à un sniper, un soigneur, un chasseur ou une brute, tous ayant des capacités spécifiques et pouvant renverser le cours d’une partie. Plus importants encore, les Mysticals qui déchainent la puissance des artefacts anciens sur les adversaires. Nous retrouvons ici La Colère d’El Dorado, La Pierre de Chintamani, L’Esprit des Djinns, pour ce qui concerne les objets tirés des trois premières aventures, puis L’éternité d’Indra et Le Bâton d’Ayar Manco pour ce qui est des objets mythiques d’autres origines. Ces items font généralement mouche s’ils sont bien utilisés et parviennent à ne pas ruiner l’équilibre plutôt satisfaisant de ce multijoueur.

Pour terminer, signalons que le multi reste dans du classique au niveau des modes de jeu. Du match à mort en 5vs5 au le mode où l’on doit capturer des idoles, pas de révolution en vue. Techniquement, le multi est très fluide – 60fps quasi-constant – et les 8 cartes disponibles au lancement offrent une belle variété et une verticalité exacerbée par la présence d’un grappin bien utile et dont l’utilisation est bien calibrée par le level design. Bonne pioche.

 

Verdict

8/10

Uncharted 4 est un grand jeu, mais il est marqué par une certaine forme de frilosité à partir du moment où il s’agit de prendre des risques pour surprendre. Sa narration est excellente, mais la fin est peut-être trop attendue, le gameplay est toujours impeccable, mais peine à se transcender et reprend quelques mécanismes du précédent jeu à succès de Naughty Dog. De la même manière, le multijoueur est bien équilibré et fun mais manque l’occasion de se démarquer plus encore. En bref, Uncharted 4 offre une très belle fin à une immense série sans aller jusqu’au bout de certaines idées, ce qui ne nous a pas empêché d’aimer aller à l’aventure une dernière fois avec Nate

Propulsé par WordPress | Thème Baskerville 2 par Anders Noren.

Haut ↑