Bloodborne

Test ensanglanté du très bon Bloodborne sur PlayStation 4 !

Arrivé uniquement dans nos PlayStation 4 le 25 Mars 2015, le petit dernier de From Software a la lourde tâche de prendre la succession de la très bonne saga des Souls. Toutefois ce dernier ne se contente pas d’une simple « mise à jour » de gameplay et de graphisme, non, il va bien au-delà de ça en s’appropriant une nouvelle façon de jouer et même une nouvelle façon de penser qui n’était encore jamais vue dans ses prédécesseurs.  

 

Avant de commencer ce test à proprement parler, je me permets de vous mettre en garde. Loin de moi l’idée de vous décourager si vous souhaitez vous mettre à Bloodborne mais une petite mise au point semble nécessaire vu le « genre » de jeu. Tout comme ses grands frères, Bloodborne possède une difficulté assez impressionnante (surtout par rapport à certains jeux récents) même si elle reste moindre comparée à ses prédécesseurs, Bloodborne ne déroge pas à cette règle.  Ayez bien en tête cette donnée car autant cela peut plaire à une certaine catégorie de joueurs, autant cela en rebute beaucoup d’autres. Que ce soit les Souls ou Bloodborne, ce ne sont pas des jeux qui sont fait pour plaire à tout le monde mais bien pour un genre précis de joueur.  Ceci étant dit, commençons !

 

Où suis-je ? Qui suis-je ? Y a quelqu’un ? 

Nous commençons l’aventure par la création de votre personnage. Comme à chaque opus, From Software nous donne encore plus de paramètres réglables pour la création de notre personnage. En plus des détails physiques, il nous faudra choisir un archétype de personnage qui, selon le genre choisi, augmentera vos statistiques de base – la force, l’agilité, la vitalité, etc. Il est important de signaler que la magie n’est malheureusement pas présente pour le joueur dans cette aventure.  Une fois votre personnage entièrement créé, l’aventure commence réellement. Après une première cinématique qui vous mettra bien dans le ton, vous vous retrouvez sur un lit d’hôpital, seul, dans le noir et en entendant votre premier ennemi se tailler les griffes non loin de vous. 

Bien entendu, aucune explication ne vous est donnée immédiatement sur le pourquoi du comment vous êtes là mais dans le cas contraire, nous ne serions pas dans un jeu de From Software. Toutefois accrochez-vous car, bien entendu, plus vous avancerez dans le jeu, plus ce voile d’incertitude se dissipera. Bref, vous vous retrouverez un peu plus tard dans la seule zone sécurisée du jeu : « Le Rêve du Chasseur ». Cette zone vous permettra de faire plusieurs choses non négligeables pour la bonne continuité de l’aventure. Vous pourrez y retourner à chaque point de sauvegarde que vous rencontrez dans le jeu et à partir du « Rêve du chasseur », vous pourrez rejoindre n’importe quel point de sauvegarde déjà enregistré. Toujours est-il que c’est dans cette zone sûre que vous pourrez améliorer votre équipement, aller aux magasins pour échanger vos « échos de sang » (comme une monnaie d’échange, c’est ce qui remplace les âmes des Souls) pour de meilleurs équipements, des munitions, des points de statistiques pour augmenter le niveau de votre personnage ou autres gadgets utiles pour l’aventure. 

En parlant d’équipement, vous aurez à votre disposition trois types d’armes. Le premier est une arme blanche. Elle est utilisable sous deux formes différentes selon les armes, ce qui change réellement selon la forme de votre arme. Le second type est une arme à feu, vous permettant d’interrompre les attaques de vos ennemis. Pour ce qui est du troisième type, ce sont des gadgets qui compensent l’absence de magie du côté du joueur. On y retrouve des poignards ou des cocktails molotov par exemple. Une fois ceci en tête, il vous faudra retourner dans la ville de Yharnam pour chasser dans une ville d’une réalisation absolument époustouflante ! La ville et ses alentours sont un vrai petit bijou d’architecture et représente un labyrinthe incroyablement bien pensé. Des raccourcis salutaires pour rejoindre un point de sauvegarde, des passages secrets pour vous éviter des confrontations dangereuses (si vous le souhaitez) et rejoindre le boss que vous devez affronter sans trop vous fatiguer ou au contraire, affronter des boss optionnels dans ces fameux passages. Cela peut paraître complexe au premier abord mais une sorte de logique se dégage de tous ces chemins connectés qui nous permet de très bien nous situer.

L’ambiance est elle aussi incroyablement bien faite. Yharnam nous plonge dans une ambiance sombre et glauque. On se sent bousculé, dérangé et presque effrayé par cet endroit où règnent la folie et le sang mais en même temps, on ne peut s’empêcher d’être fasciné par la qualité graphique des lieux ! Tout est cohérent, tout fonctionne et le souci du détail des équipes de From Software est poussé à son maximum. 

 

La meilleure des défenses ? C’est l’attaque !

Parlons maintenant combat. Autant le dire tout de suite : vous allez mourir. Mais pas qu’une fois, vous allez mourir de nombreuses fois dans ce jeu, de différentes façons peut-être mais quoi qu’il arrive, vous allez y passer. Il n’y a pas d’armures dans Bloodborne, tout est misé sur votre agilité et vos esquives mais dans le même temps, la moindre erreur vous sera très souvent fatale.

De ce fait, nous nous retrouvons avec des combats rythmés et sans pitié où la concentration doit être de mise à chaque instant et le timing parfait. En parlant de timing, s’il est possible de juste esquiver et de contre-attaquer par la suite, l’arme à feu vous propose une alternative à ce système. Une alternative risquée bien entendu. En effet, lorsqu’un monstre vous attaque, vous pouvez tirer avec votre arme à feu afin de l’interrompre. Cela requiert un timing très serré car si c’est trop tard ou trop tôt, vous subirez les dégâts de l’attaque quoi qu’il advienne. Si toutefois vous réussissez, non seulement vous interromprez l’attaque du monstre mais vous pourrez par la suite l’achever avec un finish très sanglant (et très classe bien entendu).

On sent bien la volonté de From Software de vouloir beaucoup plus miser sur l’attaque que la défense. Même si vous vous devez de ne pas foncer tête baissée lors d’un affrontement, vous ne pouvez pas non plus rester là, à attendre les attaques de vos ennemis. Vous devez prendre des initiatives, des risques et, bon sang, cela dynamise réellement les combats. Par ailleurs, lorsque vous subissez des dégâts, si vous réattaquez assez rapidement et que vous touchez votre ennemi, vous pourrez régénérer les points de vie perdus. Nous avons donc toujours cette envie et cette volonté d’aller vers l’attaque, à nos risques et périls bien entendu.

 

Pas de « sang-timent » dans Bloodborne !

Alors oui, les combats sont d’un rythme incroyable ! Oui, la ville et l’ambiance sont incroyablement réussies ! Oui l’ambiance sonore du jeu est tout aussi immersive ! Mais, il y a un mais, il reste tout de même quelques points qui font tâche et qu’il reste important de souligner. Le premier et le plus gênant : les temps de chargement. Le jeu, disons-le clairement, est un « Die and Retry » et de ce fait, il est impensable d’avoir des temps de chargement aussi long. Malgré un patch de 2Go sorti le jour de la sortie du jeu, on passe tout de même beaucoup trop de temps sur un écran de chargement. Quand on connait la qualité globale du jeu, c’est encore plus frustrant de voir cet aspect du jeu non-optimisé.

Le second : le online qui a été clairement négligé pour ce jeu. Il est toujours possible de chasser avec d’autres chasseurs (ou de chasser les chasseurs), les conditions pour y parvenir restent flous et pas bien expliquées. Au final, on se contentera de juste zapper cet aspect qui pourrait donner encore une dimension supplémentaire au jeu. Mais ne boudons pas notre plaisir, ce Bloodborne, ça reste du lourd !

A noter aussi quelques baisses de framerate lors de certaines phases du jeu (notamment lorsque les conditions climatiques mettent leur grain de sel) mais cela reste tout à fait jouable et convenable.

 

 

Verdict

9/10

Avec ces 30 heures de durée de vie en ligne droite et bien le double si vous jouez les explorateurs ainsi que le chasseur de boss optionnel, Bloodborne est un must-have pour tous les fans des Souls. Incroyablement bien réalisé, que ce soit techniquement ou graphiquement, on se laisse très volontiers plonger dans ce cauchemar envoûtant pour arpenter les ruelles de Yharnam. Pour les néophytes de ce genre de jeux, Bloodborne restant plus facile que ses grands frères Souls, vous pouvez tenter votre chance en gardant à l’esprit que vous allez mourir un nombre incalculable de fois mais qu’il faudra s’accrocher : le jeu en vaut le coup.

Propulsé par WordPress | Thème Baskerville 2 par Anders Noren.

Haut ↑