[Lord of the Geek 2017] Nos rencontres lors du salon nîmois

Le salon nîmois Lord of the Geek a eu droit à son édition 2017, les 20 et 21 mai, comme nous vous l’avons annoncé dans notre précédent article. L’occasion pour nous de vous parler un peu de nos rencontres lors de l’événement ainsi que du salon en lui-même en fin d’article. Au programme : artisanat, jeux vidéo et la présence du stand Hypemedia autour de Chris Spaceblue.

Chagarou, le travail du cuir et du bois à l’honneur

Lors de cette édition 2017, nous avons pu croiser le stand de Chagarou, qui est la structure d’une jeune femme travaillant le cuir et le bois depuis la création de son entreprise en 2013. Nous avons pu apprécier son expertise dans ce domaine avec quelques créations s’inspirant des univers de Blizzard – comme, par exemple, un couvre livre/cahier sur le thème de Hearthstone magnifique. Mais ce n’est pas tout, puisque d’autres univers sont explorés dans le but de personnaliser les magnifiques objets – littérature, cinéma, etc.

Il est possible de faire un tour sur le site internet de Chagarou pour se faire une idée du travail et des possibilités offertes par celui-ci. La boutique en ligne est par ici, tandis que vous pouvez suivre les actualités de Chagarou sur Facebook par là.

Projet Jeux Vidéo 2020, pour la création d’un parc dédié à notre loisir préféré

Déjà présents lors de l’édition précédente, les instigateurs du projet visant à faire sortir de terre un parc dédié aux jeux vidéo et à l’e-sport ont également répondu présent cette année. Au programme de cette rencontre, outre la bonne humeur de nos interlocuteurs, quelques détails supplémentaires sur ce qui pourrait composer ce parc à l’horizon 2020.

On va dire que la théorie nous fait bien envie puisque le parc pourrait proposer, via des lunettes dédiées, une expérience en Réalité Augmentée lors de notre balade dans celui-ci, une véritable expérience qui sortirait de l’ordinaire et qui pourrait sérieusement faire de l’ombre au Futuroscope sur le créneau des parcs orientés vers la technologie. En outre, il serait le berceau de la première véritable arène dédiée à l’e-sport mais également d’une zone qui prendrait la forme d’une sorte d’escape game en VR mettant en scène des zombies. Ah et, juste comme ça, il y aurait une attraction permettant de reproduire Mario Kart avec de vrais karts, avec de la RA au menu. Si ça, ça ne vous convainc pas.

Pour rappel, vous pouvez soutenir gratuitement le projet ou adhérer à l’association PJV2020, moyennant une petite cotisation, par ici. Evidemment, vous pouvez tout d’abord jeter un œil au projet et aux attractions prévues par là. Le projet a besoin d’un maximum de soutien pour montrer aux pouvoirs publics l’intérêt économique d’un tel parc, n’hésitez donc pas à liker leur page Facebook ou à afficher votre soutien gratuit, comme indiqué précédemment. Le parc se construirait non loin de Nîmes mais devrait intéresser bien au-delà.

 

Chris Spaceblue, capturer l’univers geek dans le monde réel

Sur le stand Hypemedia, que nous croisons avec plaisir dans presque tous les événements que nous couvrons, nous avons pu admirer le travail de Chris Spaceblue, photographe et artiste de talent qui exposait une partie de ses œuvres autour de la zone de l’association. Pour rappel, le travail de Chris consiste à immortaliser l’image de personnes, la plupart du temps cosplayées, dans des environnements réels puis, en limitant au maximum les retouches. Il donne un sens à cette image, avec une forte influence de la culture jeux vidéo/comics/mangas. Il semble attacher beaucoup d’importance à l’impact de la lumière sur ses tableaux et affiche son perfectionnisme dans nombre de ses œuvres, notamment celles qui réunissent un grand nombre de modèles.

Nous ne reproduirons pas le travail de Chris ici mais nous vous encourageons à visiter son site internet et à le suivre sur Facebook. Il publie très régulièrement de nouvelles œuvres sur ses réseaux et vous pourrez ainsi voir dès qu’un tableau sera disponible et, qui sait, l’un d’entre eux vous intéressera – et vue la variété de ses créations, nul doute que vous aurez un coup de cœur un jour ou l’autre.

 

Dernière partie en forme de récapitulatif de ce salon de notre point de vue. En comparaison avec notre première venue, l’an dernier, nous avons retrouvé un Lord of the Geek plus restreint, avec moins de stands et pas mal de têtes déjà connues, si ce n’est les youtubers spécialisés Minecraft – Edorock, Wotan et Mr Mldeg – peu de nouveautés à signaler en soi. Malgré tout, une petite communauté solide est toujours présente au rendez-vous, ce qui démontre qu’une convention de cet ordre dans l’espace gardois a toute sa place. Un événement de ce type à Nîmes ou ses environs est, selon nous, indispensable pour permettre aux membres de la communauté fans de culture comics, mangas et jeux vidéo de se réunir pour vivre et partager leur passion. On espère donc que Lord of the Geek continuera de revenir chaque année et, qui sait, qu’il profitera de l’édition 2018 pour rebondir après ce petit coup de mou. Lord of the Geek, il faut tenir le coup.

Propulsé par WordPress | Thème Baskerville 2 par Anders Noren.

Haut ↑