Attack on Titan : Wings of Freedom

Une adaptation très attendu des fans de L’Attaque des Titans, que vaut ce Wings of Freedom ?

Alors que le manga originel a déjà vu son univers se décliner sous la forme de nombreux médias – nouvelles, animes, films lives ou animés ou encore dans des séries dérivées – le jeu vidéo n’avait pas encore eu droit à un projet véritablement ambitieux autour de cette licence – tout juste décompte-t-on quelques jeux mobiles et un opus sur console portable. C’est désormais chose faite avec cet Attack on Titans : Wings of Freedom sorti sur les principales plateformes du moment (PlayStation 4, Xbox One et PC chez nous).

 

Un background respecté et prenant

Autant le signaler tout de suite, je n’avais jamais vu ni lu L’Attaque des Titans avant de jouer à cette adaptation, ce qui fait que l’impression que j’ai eue du background est peut-être plus parlante pour un éventuel non initié qui se poserait la question d’un achat du jeu. Comme pour beaucoup d’autres ayant découvert cet univers par différents biais, l’arrière-plan scénaristique m’a complétement emporté et a constitué la principale raison de ma volonté de mener l’aventure principale jusqu’à son terme. Soyons clairs cependant : si le background est une vraie plus-value, on peut regretter que le travail scénaristique sur l’événementiel en soi ne soit pas plus important, les événements se suivent sans que l’on voie le fil conducteur, à certains moments – surtout au début. Le développement des personnages est intéressant et met à l’honneur un bon nombre de figures emblématiques différentes et hautes en couleurs.

Visuellement, le jeu reprend les mêmes codes que l’anime et, même si c’est une question de goût personnel, c’est esthétiquement magnifique avec un parti pris très fort qui participe à cette ambiance de désespoir palpable dans les rangs de l’humanité. On rappelle que ce qui reste de notre civilisation essaie de résister derrière des fortifications à une invasion de titans de différentes tailles friands de chair humaine. L’apparition du Titan Colossal met à mal les murs de l’humanité, qui perd une partie de son territoire au début du jeu. En bref, une atmosphère de fin du monde au diapason de l’aspect visuel. Peu de défauts techniques sont à signaler, si ce n’est un léger clipping sur les champs de bataille les plus ouverts.

 

Nerveux mais répétitif

Le jeu se présente sous la forme d’un gameplay très orienté action et qui s’appuie sur le harnais de manœuvre tridimensionnelle porté par les protagonistes. Celui-ci permet, si on résume, de se déplacer à grande vitesse par la voie des airs en s’accrochant à tous les rochers/arbres/autres objets un peu hauts via un système de câbles qui partent dans tous les sens à partir dudit harnais. Nous avons donc des phases de déplacement assez grisantes, au même titre que les combats, qui se dérouleront également, pour la plupart du temps, dans les airs.

Les titans que vous devrez combattre peuvent être abordés de différentes manières. En effet, il est possible d’accrocher les câbles de l’équipement tridimensionnel sur les différents membres de l’ennemi – nuque, jambes, bras – afin d’attaque précisément une partie du corps. La nuque est le point faible principal, mais attaquer les autres membres permet parfois de gagner des ressources supplémentaires ou se révèle indispensable sur certains types d’ennemis renforcés. Des titans plus ou moins grands sont face à nous et la tactique varie finalement peu. D’autres monstres, nommés « titans déviants » requièrent une tactique un peu plus élaborée car leur comportement est plus imprévisible. Malgré tout ça, les combats se révèlent très – trop – faciles, à part si l’on opte pour les modes de difficulté les plus élevés. S’ensuivent donc, des combats qui finissent par devenir monotones malgré un indéniable aspect fun.

Les modes de jeu sont, au final, peu nombreux. Ce n’est pas forcément un problème en soi, le mode principal est plutôt raisonnable en termes de durée de vie – entre 10 et 12 heures de jeu – et les modes annexes sont relativement amusants. Dommage, toutefois, que l’intérêt des quêtes annexes après la fin du jeu soit aussi proche du néant et prive le jeu d’un intérêt réel sur la durée. 

 

Verdict

7/10

Honnête dans ce qu’il propose, A.O.T. : Wings of Freedom a tout de même le mérite de nous livrer une adaptation fidèle à l’esprit de l’univers et, en particulier, de l’anime. Le côté redondant du gameplay n’a d’égal que son manque de challenge dans les modes de difficulté classiques, ce qui met un frein à notre enthousiasme. L’univers et le background permettent tout de même de préserver un réel intérêt pour cette aventure. A essayer.

Propulsé par WordPress | Thème Baskerville 2 par Anders Noren.

Haut ↑