Batman Arkham Origins Blackgate : Deluxe Edition

Batman revient dans une version optimisée pour les PC et consoles de salon.

Alors que Warner Montreal avait pris le relai de Rocksteady pour proposer le prequel Arkham Origins sur consoles de salon et PC, voilà qu’Armature vient s’occuper d’un spin-off portable, qui est maintenant adapté aux consoles et PC sous le nom de Batman Arkham Origins Blackgate : Deluxe Edition, objet de notre test d’aujourd’hui.

 

Bienvenue à Blackgate !

Batman est encore une fois appelé à la rescousse par le commissaire Gordon, les barjos que vous avez fait mettre sous les verrous de la prison de Blackgate, à la fin d’Arkham Origins, ont profité de la confusion amenée par une explosion pour s’emparer de l’endroit et prendre en otage les gardiens. Vous devez alors intervenir pour remettre tout ce beau monde à sa place.

Trois bâtiments composent la prison : l’Administration, les Cellules et l’Atelier. Il existe également un Phare, mais qui ne constitue pas une zone de jeu comme les trois précédentes. Autant le dire tout de suite, vous serez amené à faire pas mal d’aller-retour entre les différents bâtiments, à l’aide d’une fonction de voyage rapide. Ces retours fréquents sont par ailleurs assez ennuyeux sur le long terme, et l’on s’aperçoit que le rythme en est, du même coup, ralenti. Ce constat s’accompagne d’autres points négatifs concernant le gameplay, que nous aborderons plus bas.

Au niveau de la refonte pour les plateformes de salon, force est de constater que le rendu est plus fin, moins aliasé que sur 3DS et PSVita, même si le travail aurait pu être plus important. Les cinématiques, doublées en anglais seulement, comme le reste du jeu, profitent d’un effet comics très réussi, dommage que nous n’ayons pas droit à l’excellent doublage français d’Arkham Origins. Notons tout de même que la plupart des petits dialogues in-game ne sont pas sous-titrés, vous ne pourrez donc pas apprécier à leur juste valeur les remarques de vos adversaires qui essaient de vous débusquer, dommage.

 

Des problèmes de gameplay

Le gameplay de cet opus est une adaptation de celui que nous connaissons des épisodes précédents, adaptés à ce mélange de 2D et de 3D qui caractérise le titre (à la manière d’un Metroid), vous aurez quatre gadgets (Le Batarang, la Bat-griffe, le Lanceur de gel et la Tyrolienne) pour vous aider à avancer, ce qui reste peu comparé aux Arkhams précédents. A ces gadgets s’ajoute la vision de détective, qui est ici utilisée à outrance. Vous serez en effet amené à scanner chaque pièce pour voir avec quoi interagir. A la limite, pourquoi pas ? Mais ce qui pose vraiment problème, c’est l’obligation formelle d’analyser un objet avant de pouvoir interagir, même si vous l’avez déjà remarqué sans la vision de détective. Une contrainte qui met un coup au rythme et qui peut vite lasser.

Les combats empruntent le système de FreeFlow, déjà présent dans les précédents épisodes, et qui permet de passer rapidement d’un ennemi à l’autre. La caméra un peu proche peut s’avérer gênante, mais les affrontements restent très agréables, tout comme les affrontements de boss qui proposent parfois des variantes sympathiques (Deadshot) ou simplement un affrontement agréable (Bronze Tiger). Dommage que ces combats ne soient pas assez nombreux, puisque nous passons le plus clair du temps à faire des aller-retour. Ajoutons à cela une carte d’une rare confusion, et vous comprendrez que certaines phases sont assez délicates à apprécier.

Enfin, niveau ajouts, cette version est assez chiche, avec seulement quelques costumes supplémentaires pour Batman, en plus des améliorations visuelles et du doublage, un peu de gameplay supplémentaire nous aurait bien plu.
 

Verdict

6/10

Batman Arkham Origins Blackgate : Deluxe Edition ne manque pas d’atouts pour se faire apprécier, mais force est de constater que les limitations sont bien là. Limitation de gadgets, limitations dans le système de combat ou encore dans les quêtes annexes, difficile de le comparer à ses aînés. Toutefois, l’aspect graphique assez réussi, que ce soit dans les cinématiques ou les phases de gameplay, les combats qui restent agréables en soi ou le côté infiltration toujours présent font que cet épisode peut trouver son public. Mais quand même … vivement Arkham Knight !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Propulsé par WordPress | Thème Baskerville 2 par Anders Noren.

Haut ↑