inFamous : Second Son

inFamous revient pour son premier épisode PlayStation 4, cette fois on joue avec le feu, et d’autres trucs …

inFamous : Second Son, suite de la saga initiée sur PlayStation 3, se pose comme la première très grosse exclusivité PlayStation 4. Un cap graphique est-il franchi ? Delsin fait-il oublier l’électrique Cole ? Quelques éléments de réponse dans notre test dédié à ce troisième épisode de la série dopée aux supers pouvoirs.

He’s on fire !

Vous êtes placé dans la peau de Delsin Rowe, membre de la communauté des Akomishs, qui va se retrouvé affublé de pouvoirs liés à l’élément feu (ou Fumée dans le jeu), après la rencontre qu’il va faire avec un Porteur (ceux qui détiennent des pouvoirs surhumains et dont le gouvernement veut protéger les citoyens). L’intervention dudit gouvernement, et de sa représentante, Augustine, va pousser Delsin à partir pour absorber le pouvoir de celle-ci pour sauver les personnes touchées durant cette intervention.

Il faut le dire tout net, ce nouvel épisode ne dépaysera pas les aficionados de la franchise, en quête de sensations fortes et de sentiment de puissance lors de leurs virées en ville. Certes, Delsin n’est pas Cole mais il prend brillamment le relai, même si le tout début de la campagne est assez mollasson, vu que le héros n’a pas encore trouvé les noyaux de relai pour développer ses pouvoirs. Mais rassurez-vous, ça ne dure pas très longtemps.

La sensation de puissance est un élément clé de l’expérience inFamous et ce depuis le premier épisode. Ce qui avait marqué à l’époque, c’est cette sensation que tout paraît possible et que la ville est à la merci de votre volonté. Dans ce nouvel épisode nous attendions un degré supplémentaire dans notre capacité à modeler la ville et force est de constater que si les pouvoirs de Delsin sont plus spectaculaires qu’auparavant et que quelques éléments destructibles sont ajoutés, l’influence de votre déchaînement de puissance ne se voit que relativement sur la ville.

Diversité et déferlement de puissance

Passé ce constat, le gameplay nous semble relativement proche de ce que la série nous a proposé auparavant avec, pour chaque pouvoir, une capacité pour envoyer des projectiles, flotter, se projeter ou encore frapper au corps à corps. Pointons un point qui nous paraît perfectible : le réticule de visée nous semble parfois peu adapté (peut-être trop petit) mais c’est un détail en soi qui n’empêche pas de prendre plaisir à parcourir le jeu.

La véritable grosse nouveauté de cet opus tient dans le fait que Delsin peut utiliser plusieurs types de pouvoirs et pas seulement la Fumée. Citons la Vidéo, le Néon et … une surprise (on en va pas tout dévoiler quand même hein !), chaque pouvoir à ses avantages, selon l’optique dans laquelle vous vous placez : plutôt déplacement dans Seattle ou combat, auquel cas certains pouvoirs seront plus pratiques que d’autres. Cela nous permet d’appréhender le jeu avec différents points de vue, ce qui est un plus. Abordons tout de même les combats fréquents contre le D.U.P., qui démontrent encore une fois que l’I.A. des ennemis n’est pas exceptionnelle, mais le tout fait très bien l’affaire, puisqu’à niveau de difficulté élevée, les bougres ne seront pas faciles à manœuvrer.

Le gameplay s’articule sur une structure qui va se répéter au fur et à mesure de votre progression : Vous devez trouver un ennemi majeur, le combattre, absorber ses pouvoirs puis trouver des noyaux de relai pour étoffer ces pouvoirs. La structure peut  paraître répétitive mais au final, la diversité est là, d’abord grâce au fait que l’on puisse changer de pouvoir, mais aussi car les combats contre les boss sont assez différents les uns des autres (même si nous avons trouvé le combat contre le boss qui donne le pouvoir Vidéo très laborieux). Nous pourrons regretter que l’on ne puisse pas switcher instantanément entre les différents pouvoirs (il faut absorber la matière correspondante pour changer d’élément), cela se justifie dans la cohérence de l’univers, un peu moins pour le côté fun. Signalons que les missions annexes sont toujours de la partie (au programme : faire des tags, débusquer des agents du D.U.P. dans la foule, …), même si elles s’avèrent un peur redondantes, et que la chasse au fragments est toujours d’actualité, de quoi rallonger la durée de vie déjà assez élevée, ajoutons à cela des missions gratuites ajoutées au fur et à mesure (nous en sommes au chapitre 5 sur 6 au moment où ces lignes sont écrites), nous avons alors des occupations annexes assez présentes. Si l’on prend en compte que vous devez faire le jeu deux fois en prenant des décisions différentes, pour voir toutes les possibilités offertes par le karma, dont nous allons parler maintenant, cela donne un aperçu de ce qui vous attend.

Soyez un bon samaritain ou un vrai cauchemar !

L’un des leviers importants d’inFamous a toujours été le système de karma, qui détermine votre alignement, vos actions dans l’intérêt des citoyens et éthiques vous donneront un bon karma, des actes malveillants et des décisions égoïstes vous donneront un mauvais karma.

Le karma régit pas mal d’aspects du jeu, comme l’évolution des pouvoirs de Delsin qui vont prendre des embranchements différents selon l’orientation que vous emprunterez. Ainsi, un karma maléfique vous permettra d’avoir des pouvoirs plus portés sur la destruction de vos ennemis alors qu’un bon karma vous donnera accès à des compétences basées sur la capture des ennemis, vivants. Forcément votre orientation se répercute sur le déroulement du cheminement principal, même si nous aurions souhaité que ce soit plus flagrant lors de certaines séquences.

Enfin, parlons graphismes, tout de même, puisque ce inFamous : Second Son s’en tire extrêmement bien pour un jeu de la première vague, avec l’usage de technologie semblables à celles que nous avions pu voir dans L.A. Noire pour la captation des émotions des visages directement sur les acteurs. Les effets, qu’ils soient pyrotechniques ou d’autres sources sont très bien gérés et le tout est tellement fluide que l’option pour bloquer le jeu en 30 images par seconde, ajoutée dans le dernier patch, nous a paru inutile.

 

Verdict

8/10

inFamous : Second Son était l’exclusivité la plus attendue de ce début d’existence pour la PlayStation 4, et nous ne pouvons que comprendre cette forte attente. Cet opus regorge de qualités et de contenu, en restant dans la lignée des précédents opus, tout en étoffant l’expérience du « GTA dans la peau d’un super-héros ». Cet épisode s’impose donc comme le nouveau fer de lance de la toute jeune console de Sony, gageons que les développeurs sauront en faire une licence encore plus forte du catalogue PlayStation.

Propulsé par WordPress | Thème Baskerville 2 par Anders Noren.

Haut ↑

Posting....