Bayonetta

La version Wii U de Bayonetta a droit à son test, en attendant celui de sa suite !

Alors que sa suite sort sur Wii U, Nintendo a également pensé à demander à ce que le premier opus de Bayonetta fasse l’objet d’un portage sur sa console de salon. Voici donc la version Wii U, que l’on nous promet avec des optimisations et quelques costumes supplémentaires. Voyons si cette nouvelle version tient ses promesses.

 

Vous êtes une sorcière …

Bayonetta raconte l’histoire de la sorcière éponyme – quoique, mais on va éviter les spoilers – qui se met en quête des deux joyaux magiques dénommés Œil Gauche et Œil Droit, ce sont les Yeux du Monde, symbolisant respectivement l’ombre et la lumière. Vous rencontrez de nombreux personnages – comme la très mystérieuse fillette nommée Cereza – mais aussi des anges très agressifs qui veulent vous empêcher d’arriver à vos fins.

L’histoire et l’univers de Bayonetta sont de sérieux atouts pour garder le joueur concerné. Passée une introduction qui peut laisser un apriori négatif sur le jeu dans le genre surenchère de gros plans évocateurs et sexualisation à outrance de l’héroïne, le ton très second degré nous fait très vite comprendre que le jeu puise volontairement dans ce registre pour rendre l’atmosphère du jeu tantôt légère, tantôt sérieuse. Un équilibre presque parfait que l’on apprécie sur la globalité du titre.

L’ambiance du titre est donc un sérieux point fort, et le reste du jeu fait mieux que se mettre au diapason. Le gameplay a des qualités à faire valoir dans l’accessibilité et, dans le même temps, en terme d’exigence dans la maîtrise de tous les aspects des contrôles de l’héroïne. Les combos sont relativement simples à sortir – et très spectaculaires – et le système d’esquive est très au point, une fois qu’on le maîtrise. L’esquive permet – lorsqu’elle est effectuée au dernier moment – de ralentir le temps pour nous offrir un avantage. Des QTE doivent également être déclenchées pour achever certains gros ennemis – et même pour les plus petits, de manière non obligatoire – elles réclament parfois de bons réflexes pour être menées à bien et sont très impressionnantes.

 

… et une très belle sorcière.

Malgré un gameplay plutôt très équilibré et réussi, un problème peut gêner certains joueurs. En effet, l’équilibre dans la difficulté est parfois assez curieux. Vous avancerez parfois très vite et très facilement, jusqu’à arriver à un passage qui va vous réclamer des dizaines d’essais. Si cela ne concernait que les boss, nous ne serions pas étonnés mais certains de ces passages concernent parfois des monstres communs tout bêtes que vous rencontrez pour la première fois. En parlant difficulté, notons que les modes de difficulté au-dessus de Normal sont déblocables en finissant le jeu et offrent des challenges très relevés en plus de débloquer l’accès aux dernier bonus récupérables lors de votre partie. Dans un autre ordre d’idée, déloquer des armes et nouveaux combos vous fera passer par les Portes de l’Enfer – le bistrot d’un de vos amis démon – qui vous les échangera contre des auréoles.

Techniquement, Bayonetta profite d’une direction artistique très inspirée pour faire évoluer un univers plein de personnalité. Cette version Wii U se base sur celle Xbox 360, et heureusement, vu les problèmes rencontrés lors de la sortie sur PlayStation 3. Le jeu se révèle très fluide et semble tenir sa promesse des 60 images par seconde sauf lors de deux ou trois moments très brefs durant l’aventure où nous avons connus de très légers ralentissements.

Certes, les modèles des personnages commencent à faire leur âge, à l’heure où nos yeux s’habituent aux jeux PlayStation 4 et Xbox One, mais la patte graphique est toujours aussi plaisante. Le jeu reste donc de qualité très raisonnable si l’on raisonne en terme purement technique.

 

Diversité et mise en scène

Bayonetta ne tombe pas dans le piège du contenu conséquent mais sans relief, à cause d’un manque de diversité et d’effort pour remédier à cet écueil plutôt commun. Ce qui fait de ce jeu un mythe du genre, c’est sa faculté à être long, tout en proposant des expériences de jeu très différentes les unes des autres.

Ainsi, vous aurez droit à des passages très variés, où vous aurez des phases classiques, du pilotage de véhicule ou même une phase délirante s’apparentant à du shoot – et on ne parle pas ici du petit mini-jeu qui rythme les interludes entre les chapitres, mais bien d’une partie d’un chapitre – le tout est sans fausse note, ce qui est d’autant plus remarquable. Bayonetta est non seulement une référence de son genre mais parvient à donner des sensations dans d’autres types de gameplay, chapeau.

Ces phases sortant de l’ordinaire mettent encore un peu plus en avant le sens de la mise en scène qui anime les développeurs, avec des personnages qui ont un vrai charisme, des chorégraphies de combats sensationnelles et des phases d’action monumentales qui donnent un côté très God of War et un vrai cachet à Bayonetta.

 

Un portage très propre

Revenons au gameplay, puisqu’il convient d’aborder la jouabilité au gamepad. Autant le dire tout de suite, ce n’est clairement pas la manette à préconiser pour jouer à Bayonetta, même si un effort a été fait pour que la transition vers cette manette soit la plus agréable possible. Ceci dit, on ne peut s’empêcher de penser que le gamepad n’a pas été exploité comme il se doit. Mis à part les combos que l’on peut sortir au tactile – même si on ne vous le conseillera pas vraiment – l’écran tactile n’a pas été utilisé pour rendre le menu plus ergonomique – dommage car il n’est pas toujours commode à utiliser. Dommage.

La fluidité presque à toute épreuve de cette version est un atout non négligeable pour un beat them all qui a la spécificité d’être hyper nerveux, ce qui est le cas de Bayonetta, certainement l’un des jeux du genre les plus rapides lors des combats. Nous avons donc à faire à la version ultime de ce classique de la génération précédente et tout ce qu’on peut dire, c’est que Nintendo a eu le nez creux lorsqu’il a rendu la suite exclusive à sa console. A noter d’ailleurs, que des costumes made in Nintendo ont été intégré – voir Bayonetta habillée en Link est moins sexy mais bon – ce qui constitue un petit bonus sympathique.

Dernier point concernant un aspect qui a pu choquer lors de la sortie de Bayonetta, concernant la vision dégagée par la femme et son hypersexualisation. On ne va pas s’étendre sur le sujet outre mesure, mais il nous a semblé que le côté « femme forte » de Bayonetta, et le caractère qui lui est associé font d’elle un personnage qui n’a rien de l’objet sexuel.

Verdict

8/10

Bayonetta est un des meilleurs beat them all de tous les temps, mais il n’est pas exempt de défauts. Ainsi, une difficulté parfois bizarrement dosée et un gamepad pas exploité à son maximum ternissent l’expérience, mais que cela ne vous refroidisse pas, car Bayonetta reste une valeur sûre et un atout de poids pour la Wii U, qui a du mal à décoller. Un très bon portage d’un excellent titre, qui aurait pu faire encore mieux.

Propulsé par WordPress | Thème Baskerville 2 par Anders Noren.

Haut ↑