[TEST] Spider-Man : Miles Morales, la nouvelle araignée sympa du quartier ?

Spider-Man : Miles Morales a été annoncé il y a quelques mois, alors que la PlayStation 5 avait besoin d’un titre emblématique pour son line-up. Après les soucis que l’on sait sur le lancement de la machine, est-ce qu’au moins les jeux « exclusifs » à la plateforme sont à la hauteur ? L’enjeu était de taille pour cette suite/spin-off du jeu original sorti en 2018. Voyons voir ce que nous réserve le nouveau héros.

 

Miles Morales décroche un CDD

Après une introduction au style bien différent de celle du premier titre, vous êtes lâché dans New York, tout ce qu’il y a de plus normal. Un problème surgit, comme toujours, et vous vous retrouvez dans votre première mission dans la peau de Miles Morales et accompagné par Peter Parker, l’Homme-Araignée original. Tout se finit bien mais, ô surprise, Peter vous annonce ensuite qu’il va devoir s’absenter pendant quelques semaines et partir de la Grosse Pomme. C’est ainsi que vous vous retrouvez bombardé « Araignée Sympa du Quartier » en solo pour quelques temps.

Le scénario en lui-même, autant le dire tout de suite, ne va pas vous surprendre plus que ça. La narration semble assez convenue même si la mise en scène, par contre, offre de magnifiques moments, entre le spectaculaire et des moments, plus rares, plus intimistes. En fait, là où ce spin-off réveille notre intérêt, c’est pour les perspectives qu’il offre en vue d’une suite, le fameux Spider-Man 2, pas encore officiel mais qui ne fait plus l’ombre d’un doute.

New-York dans la continuité

Pour ceux qui attendaient une évolution franche depuis le premier volet, force est de constater qu’ils seront déçus. Mais, pouvait-on attendre plus d’un spin-off ? Là est la question. Ainsi, ce qui faisait la force, mais également la faiblesse de Spider-Man se retrouve ici. Dans un premier temps, on apprécie les nouveaux pouvoirs de Miles Morales, basés sur le contrôle de l’électricité – qui nous ont fait penser à un certain inFamous – même si le scénario amène cette découverte de manière un peu trop facile. Cela amène de la diversité dans le gameplay des combats et évite de se retrouver avec un copié-collé strict de Peter Parker.

Ensuite, le level design global est toujours aussi bien pensé. Normal, il s’agit toujours de New-York, sur le même modèle que le jeu précédent – bon, d’accord, il neige cette fois. Cela permet aussi de remarquer quelques mini-jeux exploitant fort bien cette organisation aux petits oignons. Il est toujours aussi agréable de contrôler notre héros, voire même encore plus cette fois, puisque Miles Morales s’avère encore plus agile que Peter Parker, qui l’était déjà passablement. Tout cela est magnifié par une mise en scène très hollywoodienne qui met parfaitement en avant les caractéristiques de Miles. Les combats, notamment les boss, sont toujours aussi spectaculaires avec un soin tout particulier donné aux moments charnière des combats, tout cela renforçant l’aspect dramatique de ceux-ci.

Pour le reste, nous restons malheureusement sur un copié collé sans prises de risques. Le jeu propose les éternelles mini-quêtes de remplissage qui deviennent très vite rébarbatives. Heureusement, cela est réhaussé, encore une fois, par des quêtes optionnelles un peu plus scénarisées. Nous avons toujours les mêmes recherches d’intels à collecter. En bref, les activités proposées sont sensiblement les mêmes que dans le jeu de 2018. On aurait aimé un peu plus de nouveauté, évidemment, mais gageons que cela sera le cas dans le prochain opus et qu’Insomniac a voulu garder quelques munitions pour celui-ci.

L’Araignée next-gen ?

Autant le dire tout de suite : si vous jouez sur PlayStation 4, vous ne verrez qu’une différence minime avec le premier opus de 2018, il faudra vous contenter des joies de la narration. Pour ce qui est de la dernière-née de Sony, la PlayStation 5, un petit cap a été franchi, sans aucun doute. C’est beau, c’est fluide et cela dans tous les modes choisis. En effet, le jeu propose sur PlayStation 5 le choix entre les modes Performance et Graphismes, le premier privilégiant le framerate et donc la fluidité, et le second la résolution et l’aspect visuel. Même dans ce second mode, que nous avons préféré, le jeu n’a souffert d’aucun défaut de fluidité, de notre point de vue. Spider-Man : Miles Morales est donc une belle réussite technique.

 

Verdict

7/10

Bien que ce Spider-Man : Miles Morales soit bien plus intéressant que les DLC déjà sortis du jeu original, nous n’avons vu que trop peu de prise de risque pour encenser ce nouveau titre. Pour autant, ceux qui ont aimé le jeu original sauront apprécier ce très bel apéritif avant un Spider-Man 2 qui ne devrait plus tarder à être annoncé. En bref, une jolie réussite technique dans une continuité qui peut lasser sur le long terme.

Propulsé par WordPress | Thème Baskerville 2 par Anders Noren.

Haut ↑

Posting....