[TEST] Surviving Mars, et ça repart

Quand notre bien-aimé petit père des rédacteurs m’a demandé si je voulais tester Surviving Mars, j’ai dis oui. “Chouette”, me dis-je, “ça fait un moment que j’ai pas essayé un jeu de gestion”. Et puis, ce Surviving Mars est de Haemimont Games, le studio derrière la série Tropico, qui est donc un habitué du genre même si, en l’occurrence, on s’éloigne un peu en allant sur la planète rouge. “Au fait, le code est sur PlayStation 4“, me susurra William à l’oreille. “Pardon ?”

Marx, et ça repart

Alors, oui, je vous vois froncer les sourcils tout comme moi à l’évocation d’un jeu de gestion ultra poussé sur consoles mais, malheureusement, la vie étant une chienne au fond d’une ruelle mal famée un soir sans lune, nous en parlerons à la fin du test. Commençons par le commencement, Surviving Mars est donc un jeu de gestion où il va falloir gérer une colonie martienne du tout début de la colonisation jusqu’à la fin. Alors, concrètement, comment cela se passe-t-il ?

Tout commence avec l’a… l’amarsissage (je suppose). De cette belle fusée, il sort des robots qui vont préparer le terrain pour les humains. Vous ne pensiez tout de même pas que l’humanité allait travailler la terre comme des … des pauvres, non ?! De toute façon, vu qu’il n’y a ni oxygène, ni eau pour le moment leur survie aurait été pour le moins problématique. Cette première phase consiste en la création d’un base saine pour l’arrivée des humains venus coloniser la planète rouge. C’est aussi malheureusement la partie la moins attrayante du jeu : largué sur Mars sans vraiment savoir quoi faire. Mis à part de vagues indices, on tâtonne avant d’arriver, au bout de plusieurs parties, à comprendre à peu près ce qu’il faut faire. C’est ensuite qu’on se rend compte qu’on a mal agencé ses panneaux solaires et mal géré son réseau d’électricité et qu’il vaut mieux recommencer une nouvelle partie.

Une planète rouge ? Ces salauds de communistes sont partout !

Une fois cette première phase passée, les premiers habitants viennent s’installer et Surviving Mars commence à être plaisant à jouer. Il faut donc gérer ses différents dômes où habitent les colons et s’assurer de subvenir à leurs besoins, principalement en eau et oxygène et aussi (car sinon la vie serait quand même un peu triste) en bars et casinos. Le jeu sort à ce moment de ce côté city builder qu’il pouvait avoir dans la première phase pour se transformer en un jeu de gestion pur jus.

Il faut, en effet, gérer les ressources mais aussi leur approvisionnement, ce qui implique la mise en place d’une chaîne de montage viable. D’autant plus que si, lors des niveaux faciles, cela ne pose pas réellement de problème, dans des niveaux de difficulté élevés, les ressources sont limitées et le budget aussi. Il faudra donc être assez malin pour arriver à quelque chose de viable. Ceux qui aiment les défis seront aux anges, les autres pourront aussi apprécier de voir tourner leur colonie sans trop d’accrocs dans les modes plus faciles.

La planète est rouge, beaucoup de colons ont du mourir cette nuit

Alors, Surviving Mars est-il un jeu de gestion recommandable ? Définitivement oui. Il est, certes, partagé entre deux genres : le city builder et le jeu de gestion pur, mais il arrive à faire un pont tout à fait satisfaisant. On pourrait regretter un certain manque de rythme dans la première partie du jeu, celle où il faut préparer le terrain ou bien encore un manque flagrant d’informations quand on débute mais passés ces premiers écueils, on découvre un jeu profond et vraiment complet qui peut occuper les joueurs des dizaines d’heures.

Enfin, ça, c’est si vous jouez sur PC parce que les versions consoles sont … comment le dire gentiment … peu ergonomiques ! Oui, voilà, on va le dire comme ça. Les contrôles à la manette ne sont vraiment pas adaptés à ce type de jeu (même si certains s’en sortent bien comme Halo Wars 2). Après m’être forcé à jouer, j’ai fini par prendre un peu le pli mais beaucoup de fonctions nécessitent des contrôles si peu intuitifs pour les sortir que cela devient lassant. Ce qui est paradoxal c’est, qu’apparemment, la version PC semble elle aussi souffrir d’une ergonomie difficile à prendre en mains (mais cela sera probablement réglé avec des mods, ce qui n’arrivera pas sur PlayStation 4).

Verdict

7/10

Surviving Mars est définitivement un très bon jeu de gestion. Malgré une première partie un peu en deçà, il propose une expérience complète et satisfaisante quand on arrive à construire la ville de ses rêves. Privilégiez toutefois la version PC car l’ergonomie de l’interface sur consoles n’est pas au rendez-vous. Un jeu qu’on recommande sans aucun risque aux amateurs de gestion.

Propulsé par WordPress | Thème Baskerville 2 par Anders Noren.

Haut ↑