[TEST] TIMINGooo! (avec 3 “o” s’il vous plaît)

Lors de mon précédent test sur Wario Ware : Get it Together!, j’avais fait mention de Ko Takeuchi et du fait qu’il était également le papa de la série des Rythm Paradise. Ces jeux de rythme aux musiques originales et à l’univers décalé. Sortis sur GBA, Nintendo DS, Nintendo Wii et Nintendo 3DS, rien n’est sorti sur Nintendo Switch, et c’est fort dommage. Quelle surprise quand Timingooo! (avec trois “o”), développé par MAGES.inc (les scénaristes de Bravely Default) est sorti le 11 novembre. Ce jeu s’inspire clairement de la série des Rythm Paradise, et c’est pour cela que j’ai décidé de le tester. Alors, est-ce que mon sens du rythme est aussi bon que ma capacité à rédiger des test ? C’est-ce que nous allons voir.

Un sens du rythme d’enfer !

L’histoire de Timingooo! n’est pas compliqué et assez originale : vous vous retrouvez en enfer(alors que je suis une crème dans la vrai vie) pour parfaire votre sens du rythme. Il faudra traverser plusieurs cercles de l’enfer, avec chacun une thématique avant d’affronter le roi de l’Enfer dans un combat…de rythme ?

Je déteste ce mini-jeu !

Le jeu se divise en plusieurs “royaumes” au thématiques bien distinctes : Civilisation, RPG, Yōkai et Loufoque. Chaque royaume dispose de 3 à 4 mini-jeux, il faut réussir à obtenir un score suffisant pour avancer dans l’histoire. Tout comme dans Rythm Paradise, vous devrez repasser dans chaque royaume pour jouer à la version “2.0” de chaque mini-jeu, ces derniers étant juste un peu plus difficiles ou avec une légère variation dans le gameplay.

Parlons en du gameplay, tiens. Comme dans la série originale, il faut appuyer en rythme avec la musique sur la touche A ou B. Les mini-jeux ont chacun un gameplay différent, avec des musiques différentes et sont plus ou moins réussis (à part celui avec les valets qui font du moonwalk là). Timingooo!, reprends quelques mini-jeux de Rythm Paradise qui n’ont jamais été jouables sur les versions européennes, notamment le mini-jeu du Manzai qui est vraiment réussi.

Le mini-jeu du Manzai venant tout droit de la comédie japonaise, est excellent.

Le prologue est simple et sert de tutoriel, les mini-jeux suivants disposent également d’un petit tutoriel. Enfin il s’agit plutôt d’une démo du mini-jeu vous expliquant comment jouer, ce qui est plutôt dommage.

Les mini-jeux sont jolis, originaux, et s’implantent bien dans l’univers dépeint par le jeu. On retrouve le côté loufoque et décalé du jeu original, permettant aux mini-jeux les plus ardus de rester fun et agréables.

L’enfer est pavé d’un bon sens du rythme ?

J’ai toujours le chic pour tester les jeux avec la plus courte durée de vie, car Timingooo! se finit en 45 minutes pas plus. Le jeu contrairement à sa source possède une pauvre rejouabilité, il y a une quinzaine de mini-jeux, jouables une deuxième fois. Le battle de rythme contre le roi de l’enfer consiste à imiter dans le bon ordre les coups de tam-tam, ce qui en fait un mini-jeu pas très amusant, contrairement aux mini-jeux précédents.

Qui a le plus de flex entre le roi et moi ?

Un autre aspect décevant et pourtant central par rapport au jeu, est la musique. Si certaines sont sympathiques, d’autres ont l’air de sortir d’un logiciel de musique à la FL Studio, donnant un léger côté amateur. Il y a pourtant un sound mode vous permettant d’apprécier les musiques du jeu à part, mais je doute que les musiques de Timingooo! restent dans les annales. Le dernier point noir concerne la langue du jeu, en effet, le jeu n’est jouable qu’en japonais ou en anglais, ce qui peut en rebuter certains.

Verdict

6/10

Timingooo! (toujours avec 3 “o” s’il vous plaît) se présente avec la meilleure intention du monde : celle de vous amuser au travers un jeu de rythme original et fun. Seulement, sa courte durée de vie, ses musiques un peu basiques et sa faible rejouabilité viennent gâcher la fête. Il reste néanmoins une excellente alternative à Ryhtm Paradise, qui n’a toujours pas pointé le bout de son nez sur Nintendo Switch.

Propulsé par WordPress | Thème Baskerville 2 par Anders Noren.

Haut ↑