This War of Mine

La guerre, pour un soldat, c’est déjà un cauchemar. Pour les civils, c’est un enfer. This War of Mine souligne ce calvaire avec une sombre efficacité.

Ça fait trois semaines. Trois semaines que mon groupe de civils survit tant bien que mal le siège de cette ville. Trois semaines que je jongle entre la faim et la fatigue pour arriver à garder tout le monde en état de marche. La nuit, Pavle sort chercher des ressources pendant que Bruno monte la garde. Katia est malade et doit dormir, Zlata a pris les deux derniers tours de garde et a besoin de sommeil. Nos réserves de nourriture sont au plus bas, et il nous faut du matériel pour fabriquer ce dont nous avons besoin pour survivre.

Pavle fait de son mieux pour récupérer ce qu’il peut. Mais ça commence à être tout simplement trop difficile de trouver assez de nourriture… sans avoir à la voler. C’est un choix difficile, et je sais que Pavle va se sentir déprimé de devoir en arriver là, mais mon groupe doit s’en sortir, et si ce couple a de quoi finir la semaine dans leur frigo, tant pis pour eux. Bruno nous fera assez a manger pour tenir deux ou trois jours, et avec un peu de chance je trouverai aussi des cigarettes pour ses nerfs. Ahhh ! Mais comment on va faire pour survivre ?

This War of Mine va vous faire vous poser cette question souvent. Constamment en fait. Le dernier jeu au thème si sombre et traité avec une efficacité aussi fantastiquement réussi et déprimante est probablement Papers Please, ou Cartlife. Mais This War of Mine essaie vraiment de nous faire sentir comme si notre groupe de civils survivant dans cette ville assiégée sont de réelles personnes, avec des histoires, un passé et un avenir si elles parviennent à survivre à l’horreur de la guerre.

Visuellement, This War of Mine joue la carte de la sobriété avec brio. La quasi totale absence de couleur et les textures crayonnées donnent une impression mélancolique qui joue plus sur le désespoir que le rage que les jeux de guerre ont l’habitude de mettre en avant. C’est un parti pris qui marche, à mon sens, superbement avec le sujet des civils pris entre deux feux.

Mécaniquement et narrativement, le jeu réussi le tour de force de combiner des mécaniques de jeu intéressantes et des moments narratifs forts. Il y a une vraie satisfaction quand on trouve de quoi passer un jour de plus, de quoi fabriquer les médicaments dont on a besoin pour soigner nos malades. Mais il y a aussi un vrai conflit interne quand on doit finir par voler cette nourriture dont on a tant besoin et que ce mari s’interpose entre vous et la sortie. J’ai dû le mettre à terre, il allait me tuer… Mais sa femme est maintenant à genou pleurant sur son corps sans vie… et je pars avec leurs réserves…

Certes, utiliser 4 unités de bois et 3 pièces détachées pour faire X ou Y est un peu “jeux vidéo-esque”, mais le sacrifice en termes de réalisme fait que le jeu est vraiment engageant, même quand tout part en cacahuète et que votre groupe se déchire doucement sous la faim et la fatigue. Des moments comme celui-là vous feront questionner votre humanité, ou au moins, penser à ce que vous seriez près à faire pour survivre dans de telles circonstances, et c’est la grande réussite de This War of Mine.

Verdict

8/10

En bref, This War of Mine est un jeu à l'atmosphère très prenante. Le gameplay se met au diapason en retranscrivant de manière très habile les dilemmes qui régissent la survie dans des moments ou des lieux noirs et hostiles. Une très belle réussite que celle du studio 11 bit qui prouve son savoir-faire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Propulsé par WordPress | Thème Baskerville 2 par Anders Noren.

Haut ↑