[TEST] The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel III, le changement dans la continuité !

C’est la rentrée (enfin presque, comment ça, on est en retard ?!) et quoi de mieux qu’un jeu collant parfaitement avec cette ambiance. Après plusieurs longues années d’attente en Europe pour le J-RPG de Nihon Falcom, nous retrouvons Rean et l’académie de Thor qui nous avaient laissés sur un cliffhanger des plus palpitants. Alors, quoi de neuf dans Trails of Cold Steel III ? Eh bien, mes chers amis, pas mal de choses.

De Rean-san à Rean-sempai

Rean vient de terminer ses études et comme tout bon diplômé qui se respecte, ne sait pas quoi faire de sa vie. Et que fait-on quand on vient d’être diplômé et qu’on ne sait pas quoi faire … ? Bingo, Rean devient professeur, alimentant ainsi le cycle infernal de « chaire à canon » professoral. J’avoue avoir été pour le moins sceptique devant ce changement de situation, d’autant plus que l’on abandonne plus ou moins les autres élèves de la classe VII auxquels on s’était attaché. Et d’autant plus que l’on change d’académie et que l’on arrive dans le campus annexe dans une ville inconnue.

Oui, je l’avoue j’ai été déçu de ne pas retrouver la classe VII dans Trails of Cold Steel III et de devoir gérer des « enfants » qui rentrent à l’académie mais force est de constater que l’histoire et suffisamment bien ficelée et maline pour éviter d’évacuer tout l’héritage des opus précédents. D’ailleurs, les personnages des premier et deuxième jeux se retrouvent pratiquement à chaque coin de rue ce qui me fait parfois dire que l’ensemble de la population de l’empire s’est retrouvée au moins une fois dans cette école d’élite qu’est l’académie Thor.

Entre le noir et le blanc, le chevalier cendré

L’écriture, elle aussi, s’est bonifiée après trois jeux. Fini le manichéisme des débuts, même si vers le milieu du deuxième volet il commençait déjà à se fissurer. Ici, on se prend de plein fouet les conséquences de nos actions et chacune de ces actions pose la question de notre implication dans la grande histoire. Je finis parfois par me questionner : Rean est-il le héros ou pas ? Tant ses actions peuvent être parfois discutables. Mais ne divulgachons pas trop le plaisir de la découverte du scénario.

Néanmoins, je mettrais un petit bémol au niveau du lore qui nous est présenté dans Trails of Cold Steel III. Non pas qu’il n’est pas intéressant, loin de là. C’est même plutôt l’inverse, je m’explique. On sent effectivement que le monde qui est construit et nous est présenté dans Trails of Cold Steel III dépasse les simples Trails of Cold Steel et englobe aussi les jeux précédents du studio. Le souci étant que si l’on a pas joué à l’ensemble des jeux de la série, on se sent un peu perdu quand les personnages font références à des événements passés que l’on ne comprend pas vraiment. Ce n’est jamais quelque chose de frontal, mais à certains moments, ou plutôt dans certains chapitres, c’est un sentiment diffus et permanent qui est quelque peu pénible.

ARCUS V2.05,04,030,25

Concernant le système de combat, peu de chose changent et je vous renvoie à mes test précédents du premier et du deuxième opus pour vous faire une idée. Alors, bien sûr, il fallait implémenter de nouvelles fonctionnalités sinon ça aurait râlé, alors les voici. Notons la possibilité d’implémenter plusieurs orbes principales pour les personnages ou l’apparition de l’ordre permettant de nouvelles possibilités tactiques. Mais, fondamentalement, rien ne bouleverse en profondeur le gameplay.

Ce qui semble sûr, c’est que commencer par Trails of Cold Steel III ne me semble pas une excellente idée. Que ce soit au niveau de l’histoire ou même du gameplay, le jeu est tellement dépendant des opus précédents qu’il faut effectivement y avoir joué avant pour y jouer confortablement. Et, effectivement, c’est un vrai plaisir de retrouver Rean et d’avoir enfin la suite de l’histoire. Enfin la suite de l’histoire, Il faudra quand même être sacrément patient.

Patience mon ami !

Un des autres points qui m’a quelque peu chafouiné, c’est le rythme du jeu. Je ne sais pas si j’ai perdu patience ou si ce troisième opus est plus lent mais je trouve que l’on avance à deux à l’heure. Peut-être que ce sentiment a été accentué par la présence d’un mode rapide qui permet de doubler ou tripler la vitesse de jeu, ce qui est très utile pour farmer vite ou passer des combats sans intérêt. Mais en passant vite ces moments, on ressent parfois d’autant plus la lenteur du jeu à vitesse normale.

J’écris ce test après 45h30 sur le titre et je dois être à la moitié du jeu, Certes, ma joie de parcourir la suite de l’histoire me fait chercher l’ensemble des collectibles et des histoires/quêtes annexes, ce qui fait sans doute que je perd un peu de temps mais les précédents jeux se terminant autour de 70h de jeu, je pense que celui-ci navigue dans les même eaux. Il est à noter aussi (et je dois avouer que je m’en suis aperçu au bout de plusieurs heures de jeu) que Trails of Cold Steel III est complètement traduit en français ! Bon, il reste quelques coquilles et on sent qu’on a traduit de l’anglais au français mais c’est une excellente nouvelle pour les joueurs ayant du mal avec la langue de Shakespeare.

Verdict

8/10

Au final, suis-je content de retrouver Rean ? Oui, dix fois oui ! Enfin la suite après plusieurs années d’attente ! Le jeu n’est pas exempt de défauts, mais comme les précédents opus, on passe outre facilement. In fine, le seul point qui vaille ici est l’histoire, le reste ne changeant pas fondamentalement et l’histoire est effectivement bien écrite et s’en sort admirablement bien.

Propulsé par WordPress | Thème Baskerville 2 par Anders Noren.

Haut ↑