Mortal Kombat X

Notre test du tout récent Mortal Kombat X, sur PS4 et Xbox One !

Mortal Kombat, série culte du type « jeu de combat », revient avec un nouvel épisode, nommé Mortal Kombat X – n’allez pas vous faire des idées, pervers – pour marquer sa dixième itération. De quoi attiser notre curiosité, avec ce premier essai sur la génération PlayStation 4 et Xbox One. Notre avis sans concessions sur le dernier né d’un des pionniers du jeu subversif.

 

« Le sort de la Terre est entre vos mains, ah ah ah. »

On va commencer par ce qui nous a plu dans ce nouvel épisode, parce qu’il y a quand même pas mal de points positifs, semblant de rien. Au-delà du fait que ce Mortal Kombat X s’appuie sur les solides bases mises en place depuis les débuts de la série et sur les valeurs initiées par le précédent épisode, on retrouve avec plaisir de nombreux points récurrents. Commençons par la Krypte, endroit supposé secondaire, mais pas tant que ça au final, où vous pouvez évoluer dans une sorte de « magasin » à la première personne. Sauf que ce « magasin » vous permet de déambuler entre des tombes, des cadavres enroulés dans des toiles d’araignées, et tout un tas d’autres choses réjouissantes que vous pouvez ouvrir contre de l’argent récolté durant vos combats. Tout ceci histoire de débloquer des éléments divers, des fatalités ou costumes secondaires, entre autres.

Un véritable plus pour installer un univers, d’autant que ce mode se permet même quelques énigmes et rencontres aléatoires avec des monstres que vous devez alors éliminer avec un QTE. Visuellement, le jeu ne gâche rien avec un rendu très agréable, point que l’on retrouve tant dans ce mode Krypte que dans les combats. En bref, graphiquement, on n’a pas de quoi se plaindre et la génération actuelle de console est relativement bien exploitée.

Le mode Histoire est, lui aussi, plutôt réussi, même si les répliques – surtout celles juste avant les combats – ne sont pas toujours inspirées. Néanmoins, l’humour propre à la série est toujours là et la version française fait son charme par son ton assez décalé. Bien entendu, si les points satisfaisants sont présents, tout n’est pas rose et nous allons voir qu’il y a de quoi pester devant des écueils persistants déjà présents dans d’autres productions du studio.

 

« Finish him ! »

Pourquoi avoir donné ce nom à la partie qui suit ? Peut-être parce que c’est ici que Mortal Kombat X va essuyer des reproches. Tout d’abord, parlons de ce qui nous a marqués en premier lieu : la très grosse influence des précédentes productions de NetherRealm Studios sur ce nouvel épisode de Mortal Kombat, et en particulier Injustice : Les Dieux sont parmi nous. Le problème, c’est que l’influence de ce dernier est visible dans les bons comme les mauvais aspects qui régissaient l’expérience d’alors.

Si le dynamisme des affrontements est gardé, avec notamment la jauge se remplissant et permettant de sortir des gros coups – visuellement très réussis – certains autres points nous ont nettement moins plu. Et principalement l’équilibre pas vraiment bien dosé entre les différents personnages, ce qui est un handicap majeur pour le multi local ou en ligne. Ainsi, prenez Scorpion ou Ermac et finis les problèmes, les amis à vous pas trop au point se feront balayer. L’équilibre dans les dégâts de certains coups est assez précaire également, un coup du même type ne faisant pas les mêmes dégâts d’un personnage à l’autre.

Enfin, un petit – gros – mot sur la politique de contenu additionnel qui semble régir le cas de Mortal Kombat X. Passons sur le personnage de Goro qui pouvait être offert pour la précommande du titre, même si l’acheter sur le store en ligne semble compliqué – un bug nous en a empêché à plusieurs reprises, si on tente à partir du menu de sélection des personnages – mais les personnages que l’on rencontre dans le mode Histoire et qui ne sont pas disponibles dans la galette laissent perplexes. Ceux-ci sont visiblement là, prêts à l’emploi, mais sont plus ou moins prévus sous forme de DLC, limite ?

 

Verdict

7/10

Un très bon cru que ce Mortal Kombat X, que ce soit visuellement ou dans les sensations quand le combat commence. La diversité entretenue par l’éternel – ou presque – mode Krypte est bienvenue et le mode Histoire introduit un pitch simpliste mais prenant. Malheureusement, le jeu souffre d’un manque d’équilibre assez habituel dans les productions de NetherRealm Studios et la politique autour des DLC ne donne envie que d’une chose : attendre la version Komplete du titre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Propulsé par WordPress | Thème Baskerville 2 par Anders Noren.

Haut ↑