[TGS 2017] Airbus présente son équipe esport et ses projets Hololens

Airbus n’avait encore que peu de liens avec le Toulouse Game Show. Mais pour cette édition 2017, la société basée à Blagnac – vraiment pas loin, en gros – avait des choses à dire et à montrer. Et, c’est bien pour nous, ces informations et annonces avaient toutes un rapport plus ou moins direct avec le jeu vidéo. Il ne nous en fallait pas plus pour vous proposer un petit récapitulatif de ce qu’Airbus a montré lors de ce Toulouse Game Show 2017.

 

Hololens sur le stand Airbus

Lorsque nous arrivons – très tôt – le premier jour du salon, nous nous arrêtons en premier lieu sur le stand Airbus car nous voyons qu’il est possible d’essayer le fameux Hololens de Microsoft. Ayant, au final, très peu croisé cette technologie sur les salons, avec notre curiosité naturelle, nous ne pouvions pas passer à côté de l’occasion.

Autant le dire tout de suite, nous n’avons pas eu droit à une démo autour d’un jeu vidéo – Airbus oblige – mais à une démonstration de possibilités relativement basiques. En mettant le casque, nous voyions des modèles d’appareils élaborés par l’avionneur – A380, fusée Ariane et ainsi de suite – avec lesquels nous pouvions interagir pour en apprendre plus – via des vidéos, entre autres. Relativement simple, cette application en particulier de la technologie Hololens – et de la RA en général – montre les possibilités dans le futur ou même tout de suite avec des projets plus ambitieux. Des projets, moins ou pas du tout orientés vers le grand public, qui sont en développement dans de nombreuses sociétés centrées sur l’innovation, dont Airbus fait partie. Hololens peut, par exemple, être utilisé à certains postes clés des chaînes de production des modèles d’avions du constructeur pour aider à certaines tâches complexes, ce qui en fait un outil de travail précieux – même si encore un peu onéreux pour être généralisé.

 

Notre ressenti sur le rendu des éléments en Réalité Augmentée est très positif : on sent que Microsoft a vraiment peaufiné sa technologie avant d’en proposer un objet commercialement accessible pour tous – même si les particuliers seront rebutés par le prix, à l’heure où nous écrivons ces lignes. On pourrait se laisser abuser par les éléments qui apparaissent devant nous. On aimerait vraiment voir ce que donnerait un jeu ambitieux sur un tel outil.

 

 

Out of the Blue : présentation de l’équipe esport League of Legends, sponsorisée par Airbus

L’équipe complète d’Out of the Blue a donc été officiellement dévoilée. Voici donc la composition de la team : Steve (entraîneur), Ayunie (toplaner et capitaine), Laiyla (jungler), Valynora (midlaner), Shivaun (carry AD) et Shiny (support). Les amis de GamersOrigin ont pu leur poser quelques questions lors d’une interview publique dont l’enregistrement vidéo sera bientôt disponible (nous l’inclurons en fin d’article dès que nous le pourrons).

Globalement, il est surtout question de savoir comment va s’entraîner l’équipe et des relations entre les joueuses. Le feeling entre elles semblait bon et il y a fort à parier qu’avec une structure équivalente à celles que peuvent avoir les équipes professionnelles, leur cohésion ne soit que renforcée. Nous n’avons encore que peu de détails sur les compétitions auxquelles va participer Out of the Blue mais comptez sur nous pour vous tenir informés.

Dans tous les cas, cela nous a fait plaisir de voir que des entreprises aussi importantes continuent à s’investir dans l’esport, qui se pose plus que jamais comme un vecteur de développement de notre média. Au final, tout le monde a à y gagner : Les entreprises en terme d’image et le jeu vidéo qui bénéficient d’une vitrine encore plus importante.

 

Ce premier contact que nous avons eu avec Airbus lors d’un Toulouse Game Show a été des plus sympathiques. Nous nous réjouissons déjà d’en savoir plus et, surtout, de vous transmettre des informations intéressantes autour d’Out of the Blue et de l’envers du décor d’une team esport. Continuez à nous suivre pour en savoir plus !

 

Propulsé par WordPress | Thème Baskerville 2 par Anders Noren.

Haut ↑