[TEST] Pokémon Diamant Étincelant/Perle Scintillante, le retour de la 4G en HD

Le duo de jeux Pokémon Diamant Étincelant et Perle Scintillante est arrivé le 19 novembre dernier sur Nintendo Switch, 14 ans après les épisodes originaux sortis sur Nintendo DS. La quatrième génération fait donc son grand retour en HD, mais est-ce un remake convenable ? Voici notre avis.

C’est une année de remake pour The Pokémon Company. Après Pokémon Snap en mai dernier, la firme japonaise livre un nouvel amuse-gueule en attendant la sortie de Pokémon Legends : Arceus, prévu pour janvier prochain. Et pas des moindres puisque Pokémon Diamant Étincelant et Perle Scintillante (DE/PS), développé par la société japonaise ILCA, se déroule dans la même région que le futur open world spin-off des monstres de poches : Sinnoh. Pour le moment, les joueurs peuvent profiter de retrouver (ou découvrir) la fameuse région et ses (nombreux) Pokémon à capturer dans ce remake fidèle (peut-être un peu trop). Évidemment, le jeu présente certaines nouveautés, mais elles ne sont pas légion, à l’image de Let’s Go Pikachu/Évoli, sorti en 2018.

On prend les mêmes et on recommence

Bon, il s’agit un jeu Pokémon et un remake de surcroît. Donc le schéma est similaire : on part à l’aventure pour compléter son Pokédex et devenir le maître de la Ligue Pokémon en combattant les champions d’Arènes. Le chemin sera évidemment semé d’embuches à cause de la team Galaxie, qui a pour volonté de créer un nouvel ordre mondial.

Se balader avec un des Pokémon de son équipe ? Oui, et pas forcément le premier de la liste !

Le remake de Diamant et Perle porte bien son nom : on suit à la ligne prêt les mêmes aventures que l’épisode original sur Nintendo DS. Pour ceux qui ne l’auraient pas fait à l’époque, c’est intéressant de découvrir cette aventure, Sinnoh est une région riche en histoire, c’est un plaisir de la visiter et percer tous ses secrets. Mais si on l’a fait à l’époque, le sentiment de déjà-vu se fait ressentir. À dessein puisqu’il s’agit d’un remake, mais le manque de contenu est bien trop visible. Il existe, mais pour un jeu si attendu, c’est un peu faiblard.

“Attrapez donc tous ces légendaires !”

Parlons des quelques nouveautés notables : le Parc Rosa Rugosa. Il s’agit d’un lieu dont l’accès est donné une fois la Ligue vaincue et après avoir complété le Pokédex régional (en rencontrant les Pokémon, pas besoin de les attraper). Une fois à l’intérieur, diverses grottes sont accessibles et permettent de rencontrer les Pokémon légendaires des anciennes versions : Mewtwo, Ho-Oh, les trois oiseaux de Kanto, les 3 chiens de Johto, etc. On peut tous les récupérer en les invoquant grâce à des plaques. Celles-ci sont à acheter en échange d’éclats étranges à trouver dans les Grands Souterrains, une zone déjà connue des joueurs des jeux originaux.

Dans ce dédale immense situé sous Sinnoh, une nouveauté a aussi fait son arrivée : les zones “Hideways”. Ces dernières sont de larges grottes à découvrir au détour d’un couloir des Souterrains, dans lesquels des Pokémon, rares ou communs, peuvent être capturés. C’est une fonctionnalité appréciable, car ces grottes se composent en des biomes variés dans lesquels un certain type de monstres apparait. Par exemple, dans un biome forêt, les Pokémon de type Plante ou Insecte auront tendance à se manifester plus souvent. On peut même améliorer le taux d’apparition d’un même type en installant des statues de Pokémon dans sa base secrète, statues qu’on trouve en creusant dans les murs des Souterrains. Exemple : si votre base secrète est décorée par des statues de type Spectre, vous aurez tendance à rencontrer plus de Pokémon de ce type dans les grottes. Une fonctionnalité prenante et chronophage et qui ajoute un contenu non négligeable.

Rendre tout toujours plus facile

Tout ce qui avait fait les beaux jours du jeu DS revient : les concours, la Pokémontre avec le tactile de l’écran portable de la Switch qui fonctionne, les Capsules Balls pour changer l’animation du lancer de Pokéball, etc. Cependant, certains petits points noirs sont de la partie, dont la disparition des CS utilisées par les Pokémon de l’équipe et le multi-exp commun. Ce dernier est présent depuis les épisodes Let’s Go. Tous les Pokémon de l’équipe, même ceux qui n’ont pas pris part au combat, gagnent des points d’expérience. Le challenge devient donc inexistant et la volonté de s’entraîner est superflue. Et on ne peut pas le désactiver, contrairement à la sauvegarde automatique. Encore une fois, les joueurs “hardcore” de la licence s’en plaignent, mais à la même manière qu’Ubisoft avec Far Cry 6, The Pokémon Company préfère fermer les yeux et garder cette fonctionnalité. On comprend la volonté de toucher un public plus large et faciliter le gameplay, mais l’esprit de Pokémon se perd et le challenge, autrefois aussi frustrant que fascinant, est inexistant. On tombe dans un jeu de plus en plus facile et dirigiste à souhait. À vouloir trop aider ses joueurs, on les rend fainéants.

C’est mignon, mais…

Sur Nintendo DS, le style graphique et character design passaient sans problème. Les petits personnages étaient adaptés à l’écran et à la capacité de la console portable. Mais en HD, c’est une autre paire de manche. Le character design ne fait pas mouche, hormis dans les phases de combat. Les “chibis” (comprenez ici la version mini des personnages) sont mignons mais un peu risibles, voire ridicules parfois, surtout lorsque des zooms intempestifs nous donnent la possibilité de les voir de plus près. Elles donnent l’impression de petites poupées avec des bras courts, proches de la T-pose. Un choix surprenant, alors que Let’s Go Pikachu/Évoli avait opté pour des personnages plus réalistes. Toutefois, pendant les combats, le chara design semble plus travaillé, une certaine sensibilité a même été donnée aux dresseurs et adversaires. Leurs visages sont expressifs et chaque classe possède sa propre animation de lancers de Pokéballs. Ce genre de petits détails apporte une touche d’humanité à l’univers simple et minimaliste de Pokémon. Et ça, c’est brillant.

 

Verdict

7/10

Le duo Pokémon Diamant Étincelant et Perle Scintillante est un remake intéressant. Bon sur le fond et la forme mais très fainéant dans sa volonté de briller par rapport aux originaux. Le peu de contenu additionnel n’est pas très concluant, le jeu se finit trop rapidement et l’idée de compléter le Pokédex simplement en rencontrant les Pokémon sans devoir les attraper, prive une nouvelle fois le joueur du véritable challenge qu’est Pokémon. Cependant, on aime se perdre dans Sinnoh, visiter les Souterrains, et profiter du monde des monstres de poche. Un joli passe-temps en attendant Pokémon Legends : Arceus.

Propulsé par WordPress | Thème Baskerville 2 par Anders Noren.

Haut ↑